Plusieurs milliards de dollars ? Trump veut faire payer la Chine pour la crise du coronavirus

Plusieurs milliards de dollars ? Trump veut faire payer la Chine pour la crise du coronavirus© Carlos Barria Source: Reuters
Donald Trump lors d'un point presse à la Maison blanche, le 27 avril 2020.

Deux semaines après la suspension de la contribution américaine à l'OMS – que Donald Trump juge trop proche de Pékin – le président américain entend faire payer la Chine pour le Covid-19. Une rhétorique agressive dénoncée par la diplomatie chinoise.

Lors d'un point presse organisé dans le jardin de la Maison blanche le 27 avril, le président américain Donald Trump a affirmé qu'il existait de nombreuses façons de «tenir la Chine pour responsable» de la pandémie du coronavirus.

Assurant que la maladie «aurait pu être arrêtée à la source», Donald Trump a ainsi évoqué «une possible demande de réparation de plusieurs milliards de dollars», comme le rapporte l'AFP. Il a en effet déclaré que son administration cherchait des moyens de faire payer Pékin «pour un montant supérieur à celui que l'Allemagne envisage».

«Nous n'avons pas encore déterminé le montant final», a répondu le président américain aux journalistes qui l'ont interrogé à ce sujet.

En tout état de cause, Donald Trump a affirmé que les Etats-Unis menaient actuellement «des enquêtes très sérieuses» sur la Chine et son rôle dans la propagation du virus.

Pékin commente la rhétorique anti-chinoise

Fait notable, les propos du chef d'Etat américain s'inscrivent dans une rhétorique agressive visant la Chine particulièrement marquée aux Etats-Unis ces dernières semaines, face à laquelle Pékin n'entend pas rester sans réagir.

«Pourquoi certaines forces politiques aux Etats-Unis font-elles toujours tout leur possible pour attaquer et discréditer la Chine à travers la situation épidémique», s'est interrogé le 27 avril le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang.

«Dernièrement à l’intérieur même des Etats-Unis, beaucoup de doutes et d’inquiétudes ont émergé. Des voix se sont élevées pour demander si le gouvernement américain avait traité de façon opportune et efficacement l’épidémie. Ces voix demandent notamment quand l'épidémie est apparue pour la première fois aux Etats-Unis ? Le gouvernement américain aurait-il caché quelque chose ? Pourquoi est-il impatient de jeter la faute sur d’autres pays et organisations internationales ? Sur ces questions, nous espérons que le gouvernement américain répondra aux préoccupations de son peuple et de la communauté internationale en temps opportun.», a par ailleurs ajouté le porte-parole de la diplomatie chinoise, estimant que «les peuples des Etats-Unis et de la Chine [étaient] tous deux des victimes du virus».

Donald Trump a annoncé le 14 avril la suspension de la contribution américaine à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qu'il a accusée d'avoir commis de nombreuses «erreurs» sur le coronavirus et d'être trop proche de la Chine. Aux yeux de l'OMS, «la Chine a toujours raison», avait-il notamment déploré.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»