Russie : en pleine pandémie, des manifestations réelles et virtuelles contre le confinement

Russie : en pleine pandémie, des manifestations réelles et virtuelles contre le confinement© Ruptly Source: RT France
Suivez RT France surTelegram

Dans le Caucase russe, plusieurs centaines de manifestants ont appelé à lever le régime d’auto-isolement instauré afin d'endiguer la propagation du coronavirus. Parallèlement, des manifestations virtuelles ont fait leur apparition sur internet.

Plus de deux cents personnes ont manifesté lundi à Vladikavkaz, dans le sud de la Russie, contre les mesures de confinement visant à endiguer la pandémie de Covid-19, les manifestants soulignant les difficultés économiques qu'elles ont engendrées.

Les images diffusées sur les réseaux sociaux et par les médias montrent les manifestants, pour la plupart sans masques de protection, réunis devant le siège de l'administration régionale protégé par les forces de l'ordre. Des vidéos filmées sur la place Svoboda (Liberté) de Vladikavkaz, capitale de la république russe d'Ossétie du Nord, montrent les manifestants tentant de briser les cordons de la police et lançant des pierres sur les forces de l’ordre.

Viatcheslav Bitarov, le gouverneur de la république, est sorti sur la place pour discuter avec les manifestants, mais a été accueilli aux cris de « Démission! » Des délégués ont ensuite été désignés pour s'entretenir avec lui, selon la chaîne de télévision publique Alania.

Depuis fin mars, l’Ossétie du Nord a décrété la fermeture de commerces non essentiels et applique scrupuleusement les consignes de confinement recommandées par les autorités sanitaires russes. Ce territoire de 700 000 habitants compte 177 cas confirmés de coronavirus, dont deux mortels. Mais une partie des citoyens, accusant les mesures de quarantaine de les priver de moyens de subsistance, en exigent la levée immédiate.

«Les gens ne croient pas que (la quarantaine) soit nécessaire, ils pensent que le danger est exagéré. Des entreprises ont fermé et les gens ont perdu leur source de revenus. Ils ne savent pas comment vivre et ont plus peur de la faim que d'une quelconque contamination», a déclaré à l'AFP une militante locale, Indira Gabolaïeva.

La manifestation a provoqué la colère du chef de la branche locale de Rospotrebnadzor, l'agence sanitaire russe. «En tant que médecin, je dirais que la situation est catastrophique (...) Après cela, nous aurons une augmentation significative du nombre de personnes infectées, on va le voir dans quelques jours», a déploré Alan Tibilov, cité par les médias.

Le service de presse du ministère de l'Intérieur d'Ossétie du Nord a déclaré que 69 personnes avaient été interpellées après une manifestation sous tension, rapporte le média kavkaz-uzel.eu. Par ailleurs, l'ancien chanteur d'opéra devenu chef de file des négationnistes du coronavirus en Ossétie du Nord, Vadim Tcheldiev, a été arrêté la semaine dernière pour avoir diffusé de fausses informations sur le Covid-19. Dans les vidéos qu'il a mises en ligne, il insistait sur le fait que la maladie ne représentait aucune menace réelle pour la santé. Sur sa page Facebook, Tcheldiev a appelé les habitants d'Ossétie du Nord à saboter le régime d'auto-isolement, assurant que la pandémie de coronavirus n'existait pas et que les autorités de la république «[aggravaient] délibérément la situation afin de tromper la population», explique le média en ligne. Il a également appelé à protester contre les mesures de quarantaine.

La manifestation de Vladikavkaz intervient sur fond de critiques adressées aux autorités russes pour leur manque de soutien économique à la population confinée, notamment aux petites et moyennes entreprises frappées de plein fouet par le mois d'avril chômé décrété par Vladimir Poutine.

Manifestations virtuelles

Lundi 20 avril, pour la première fois depuis le début de la pandémie, des manifestations de masse ont eu lieu en Russie ; toutefois, la plupart se sont avérées être virtuelles, rapporte le quotidien russe Kommersant. Les habitants de Rostov-sur-le-Don, de Saint-Pétersbourg, de Nijni Novgorod, d'Ekaterinbourg, d'Oufa, de Moscou et d'autres villes, ont exprimé leur mécontentement face aux mesures d’auto-isolement, aux lacunes du système de délivrance des laissez-passer et à l'impact économique du confinement. Les manifestations ont eu lieu via les applications Yandex Cartes et Yandex GPS, de nombreux messages d’insatisfaction ayant été laissés dans les sections représentant les artères principales de leurs villes, les administrations locales ou même près du Kremlin de Moscou, où un grand nombre de personnes ont signalé leur présence grâce à une géolocalisation.

La Russie comptait ce mardi 52 763 cas de coronavirus confirmés, dont 456 mortels, mais n'a pas encore atteint le pic de la pandémie.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix