Royaume-Uni : le Parti travailliste se dote d'un nouveau chef

- Avec AFP

Royaume-Uni : le Parti travailliste se dote d'un nouveau chef© Paul ELLIS Source: AFP
Le nouveau dirigeant du Parti travailliste britannique, Keir Starmer.

Le centriste et pro-UE Keir Starmer a été élu à la tête du Parti travailliste britannique, succédant au plus radical Jeremy Corbyn, avec pour défi de relancer la principale formation d'opposition, affaiblie et divisée.

Une nouvelle ère s'ouvre pour le Parti travailliste (Labour), le grand mouvement politique de la gauche britannique. Ce 4 avril, la formation a annoncé l'élection de Keir Starmer à sa tête : «Félicitations à [Keir Starmer], le nouveau chef du Labour», a tweeté le parti.

Cet ancien avocat de 57 ans, responsable depuis trois ans du Brexit pour les travaillistes, est réputé centriste et pro-UE. A l'opposé donc du dirigeant sortant, Jeremy Corbyn.

A peine élu, le nouveau leader du Parti travailliste a présenté ses «excuses» pour l'antisémitisme au sein de sa formation, principal parti d'opposition au Royaume-Uni. Dans une allocution télévisée diffusée juste après son élection par les militants, il a déclaré : «Au nom du Labour, je m'excuse», s'engageant à «extirper le poison» de l'antisémitisme, une «tache sur le parti».

Un engagement pris alors que son prédécesseur Jeremy Corbyn est accusé au mieux de ne pas l'avoir assez combattu, au pire de l'avoir laissé complaisamment prospérer.

Favorable au maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne

Elu à une large majorité, Keir Starmer a réussi à rallier les centristes du parti, tout en parvenant à conserver le soutien des partisans du très à gauche Jeremy Corbyn. Un pari réussi en ne jetant aux orties ni le programme – qui prévoit des nationalisations massives – ni le radicalisme de l'ancien chef du Labour, qui a subi aux élections législatives du 12 décembre une défaite sans commune mesure depuis 1935, notamment en raison du manque de clarté de sa position sur le Brexit.

Chargé depuis 2016 au sein du parti de cette question qui a déchiré le pays pendant plus de trois ans, Keir Starmer s'est nettement démarqué de la ligne attentiste de Jeremy Corbyn, en se prononçant pour un nouveau référendum et, surtout, pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Juste après le vote qui avait vu le «leave» l'emporter à 52% en juin 2016, il a fait partie du mouvement de rébellion au sein du Labour contre Jeremy Corbyn, étrillé pour sa campagne pour le maintien du pays au sein de l'UE.

Keir Starmer devra rassembler et mener à la victoire un mouvement politique éclaté par les divisions, qui a perdu les clés de Downing Street au profit des conservateurs depuis dix ans.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»