Burkina Faso : le Premier ministre libéré, l'armée négocie la reddition des putschistes

Burkina Faso : le Premier ministre libéré, l'armée négocie la reddition des putschistes© Joe Penney Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

L'armée burkinabè est entrée cette nuit dans la capitale et négocie en ce moment la reddition des militaires à l'origine du coup d'état du 17 septembre. Autre signe d'apaisement, le Premier ministre de la Transition, Isaac Zida, a été libéré.

Isaac Zida a donc quitté le palais présidentiel libre de ses mouvements et a pu rejoindre son domicile officiel dans le quartier des ministères, ont affirmé plusieurs sources à l'AFP. Le Premier ministre de la Transition avait été porté au pouvoir en 2014 après que Blaise Compaoré, le Président Burkinabé, a été renversé par la rue. Il avait d'ailleurs brièvement assumé les fonctions de chef de l'Etat après cet épisode.

Aller plus loin: François Hollande ordonne au putschistes du Burkina Faso de déposer «immédiatement les armes»

Cette libération d'Isaac Zida apparaît donc comme un premier signe d'apaisement de la part des putschistes menés par le général Gilbert Diendéré, le chef du régiment de Sécurité présidentiel (RSP). Ce dernier, qui a pris les rênes du pouvoir jeudi dernier par la force, avait en effet déclaré lundi soir dans un communiqué lu à la radio et à la télévision «[qu'il] accept[ait] la libération du lieutenant-colonel Isaac Zida en signe d'apaisement conformément au projet d'accord» de sortie de crise proposé par la médiation de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao). Par ailleurs, l'armée burkinabè serait entrée dans la capitale Ouagadougou cette nuit et serait en ce moment même en train de négocier la reddition de ces putschistes.

«Tous les corps (d'armée mobilisés lundi pour marcher sur la capitale) sont entrés à Ouagadougou. Il faut maintenant obtenir la reddition du RSP, sans coup de feu» a déclaré à l'AFP le colonel Serge Alain Ouédraogo, chef adjoint de la gendarmerie burkinabè. 

La sortie de crise, qui semble se profiler désormais au Burkina Faso, a été rendue possible par la Cédéao qui est intervenue en tant que médiateur dans ce dossier. La France avait hier apporté officiellement son soutien au président sénégalais Macky Sall et à la Cédéao. Le président de la Transition Michel Kafando se trouve pour sa part à la résidence de France, a indiqué l'ambassadeur de France au Burkina, Gilles Thibault, dans un tweet.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix