Poutine et Netanyahou n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la Syrie

Poutine et Netanyahou n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la Syrie Source: RIA NOVOSTI
Benjamin Netanyahu et Vladimir Poutine à Moscou

Les positions des deux chefs d’Etat sont restées identiques sur les questions clés du Moyen-Orient. Si Israël considère Damas comme un ennemi, la Russie pense que la Syrie se préoccupe plus de sa souveraineté que d’actions militaires contre Israël.

Benjamin Netanyahou est persuadé que l’Iran et la Syrie auraient armé des groupes terroristes, dont le Hezbollah, et essaieraient «de créer un deuxième front terroriste sur le plateau du Golan», territoire syrien occupé par Israël depuis la Guerre des 6 jours en 1967. Pour cette raison, il a décidé de se rendre à Moscou le 21 septembre pour y détailler les actions israéliennes et éviter ainsi tout malentendu dans les relations russo-israéliennes.

Le plateau du Golan

«Israël et la Russie ont des intérêts communs, notamment la garantie de la stabilité au Moyen-Orient. Je suis venu à cause des difficultés actuelles, les choses ont empiré ces dernier temps», a précisé le Premier-ministre israélien.

«Le but de notre politique est de tout faire pour empêcher l’envoi d’armes au Hezbollah et l’ouverture d’un deuxième front sur le plateau du Golan», a-t-il fait savoir.

Mais ces propos n’ont pas convaincu le président russe. Vladimir Poutine a déclaré que la Syrie était davantage préoccupée par le maintien de sa souveraineté nationale que par l’éventualité de frappes militaires contre Israël. «En ce qui concerne la Syrie, nous savons et nous comprenons que l’Etat syrien actuel ne peut se permettre de consacrer du temps à l’ouverture d’un deuxième front, il essaye de préserver sa souveraineté», a expliqué le président russe. 

Vladimir Poutine

Depuis longtemps, Israël reste l’un des partenaires clés de la Russie au Moyen-Orient. En 2014, le volume des échanges de marchandises entre les deux pays a atteint 3,42 milliards de dollars, dont, 2,3 milliards d’exportations russes. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»