Drones militaires : selon la Cour des comptes, la France a un train de retard

- Avec AFP

Drones militaires : selon la Cour des comptes, la France a un train de retard© Daphné BENOIT / AFP Source: AFP
La France connait un retard considérable en matière de drones militaires.

Dans son rapport annuel publié le 25 février, la Cour des comptes a estimé que la France n'avait pas, contrairement aux Etats-Unis, suffisamment mesuré l'importance de l'utilisation des drones aériens dans le cadre des opérations militaires.

La France a tardé à prendre en compte l'intérêt des drones aériens dans les opérations militaires et doit s'assurer de disposer d'une filière de recrutement et de formation adaptée pour répondre aux besoins croissants, estime la Cour des comptes dans son rapport annuel le 25 février.

Alors que les Américains faisaient déjà voler leurs Predator dans le ciel afghan au début des années 2000 et que de plus en plus d'armées dans le monde se dotaient de drones, «la France a tardé […] à s'équiper, du fait de projets ponctuels, conduits sans vision stratégique cohérente sur le long terme», regrette la Cour des comptes. «L'effet conjugué des mésententes entre industriels, du manque de vision prospective des armées et des changements de pied des pouvoirs publics ont eu pour conséquences, dommageables et coûteuses, de prolonger la durée de vie de matériels vieillissants», qui se voulaient à l'origine «intérimaires», note-t-elle. 

Pour faire face aux besoins, Paris a notamment été conduit en 2013 à acheter aux Etats-Unis «sur étagère» six drones Reaper (MALE, haute altitude longue endurance), une décision «critiquée en particulier en raison des atteintes à l'autonomie stratégique et industrielle de la France qu'elle comportait». L'Armée de l'air, qui ne dispose plus que de cinq Reaper, doit en recevoir six autres à partir de cette année, équipés de missiles américains Hellfire.

Le projet de drone européen Eurodrone à la peine 

Mais les tentatives pour faire émerger une filière de drones MALE nationale ou européenne ont jusqu'ici échoué : projets EuroMALE (2004), Talarion (2006), Telemos (2010). Le résultat est sans appel : les armées européennes sont aujourd'hui dotées de drones américains ou israéliens.

Une nouvelle tentative est en cours avec le projet Eurodrone en coopération avec l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. Mais il y a «des signaux d'incertitude sur la capacité du projet à aboutir» en raison de son coût et de besoins opérationnels différents, selon la Cour. 

Lancé en 2015 et censé être opérationnel à partir de 2028, le projet de drone européen Eurodrone est à la peine : les négociations tendues entre Etats et industriels achoppent sur les performances attendues et le coût du programme, et pose le problème du «prix de la souveraineté». Car l'Eurodrone ne se fera pas à n'importe quel prix, met en garde depuis plusieurs mois le ministre des Armées, Florence Parly. «Des négociations rugueuses sont en cours avec l'industrie», résumait le délégué général à l'Armement (DGA) français Joël Barre devant les sénateurs en octobre.

La montée en puissance est malgré tout réelle: l'Armée de l'air disposera de 12 drones MALE d'ici à 2025, 24 en 2030, la Marine doit avoir un drone par navire en 2030 et l'Armée de terre recevoir à partir de cette année 14 drones tactiques Patroller et 105 mini-drones Spy'Ranger.

Les ressources humaines sont donc un «enjeu majeur de transformation». Les effectifs dédiés aux drones doivent doubler d'ici à 2022, de 160 à plus de 300, et une filière spécifique a été créée.

Lire aussi : Europe de la défense : vers un futur avion de combat franco-allemand

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»