Macron reçoit l'opposant vénézuélien Guaido «pour mettre en œuvre un processus électoral»

Macron reçoit l'opposant vénézuélien Guaido «pour mettre en œuvre un processus électoral»© YVES HERMAN Source: Reuters
L'opposant vénézuélien Juan Guaido.
Suivez RT France surTelegram

Alors même que Juan Guaido est de plus en plus contesté dans son pays, Emmanuel Macron a décidé de recevoir à l'Elysée l'opposant vénézuélien afin de l'aider à «mettre en œuvre un processus électoral» au Venezuela.

Le président français Emmanuel Macron a reçu ce 24 janvier au palais de l'Elysée l'opposant Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale vénézuélienne et autoproclamé président par intérim. En difficulté dans son propre pays – ses appels aux manifestations ne déplacent pas les foules et il est même contesté au sein de son propre camp – Juan Guaido est en recherche active d'appuis extérieurs. Avant de rencontrer le locataire de l'Elysée, il s'est entretenu avec le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

«Seuls, nous n'y arriverons pas», avait-il d'ailleurs lancé la veille au Forum économique mondial de Davos, estimant lutter contre un «conglomérat international et criminel».  «Nous avons besoin de votre aide», avait-il encore dit, alors qu'au Venezuela, ses bureaux ont été perquisitionnés. D'après la présidence française, Emmanuel Macron et Juan Guaido se sont entretenus ce 24 janvier «pour mettre en œuvre un processus électoral».

Auteur: RT France

La position française sur la question ne fait par ailleurs pas l'unanimité au sein de l'Union européenne. La tournée européenne de Juan Guaido ne passera en effet pas par Madrid, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez ayant décidé de ne pas le rencontrer alors qu'il avait pourtant été l'un des premiers dirigeants européens à le reconnaître comme président par intérim du Venezuela.

«Situation paradoxale»

Le 4 février dernier, dans les pas de l'Union européenne et de Washington, le président de la République Emmanuel Macron avait fait savoir que la France reconnaissait Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale, comme «"président en charge" pour mettre en œuvre un processus électoral».

Une décision prise suite à un ultimatum lancé quelques jours plus tôt par l'Espagne, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et le Portugal contre Nicolas Maduro, lui enjoignant d'organiser une nouvelle élection présidentielle, faute de quoi ils reconnaîtraient, à l'instar des Etats-Unis, Juan Guaido comme président par interim.

Malgré tout, la position française – comme européenne – n'est pas aussi claire qu'il n'y paraît, les représentations diplomatiques des deux pays continuant de travailler ensemble normalement. C'est ce qu'à confié dans une interview accordée à RT France le vice-ministre vénézuélien pour l'Europe, Ivan Gil : «C'est une situation paradoxale sur laquelle il faudrait interroger les gouvernements de l'Union européenne et le gouvernement français. [...] Avec l'Europe, nous avons maintenu une communication et nous avons maintenu nos ambassades, qui fonctionnent normalement. Notre ambassadeur ici à Paris, Michel Mujica, est reconnu par les autorités françaises.»

Lire aussi : Venezuela : «Les sanctions nous ont permis de découvrir qu’un autre monde existe» (ENTRETIEN)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix