Algérie : plus d’un mois après la présidentielle, le Hirak tente de maintenir la pression

Algérie : plus d’un mois après la présidentielle, le Hirak tente de maintenir la pression© RYAD KRAMDI Source: AFP
Vidéo
Des manifestants participent à Alger à la 48e semaine de mobilisation du Hirak, le le 17 janvier 2020.

Des milliers de manifestants ont défilé ce 17 janvier à travers l'Algérie pour réclamer la fin du «système» politique mis en place sous Bouteflika. Alors que le mouvement protestation entame sa 48e semaine, ses partisans s'interrogent sur son avenir.

Ce 17 janvier, Alger et d’autres villes du pays ont une nouvelle fois été le théâtre de manifestations ayant rassemblé plusieurs milliers de personnes. L’objectif de la mobilisation reste inchangé : mettre fin au «système» politique. D’autres revendications ont par ailleurs été scandées, comme la libération de plusieurs figures du Hirak – nom donné au mouvement de protestation né en février 2019 – à l’instar de l’homme politique Karim Tabbou ou encore de l’activiste Samir Belharbi.

Alors que le Hirak fêtera son premier anniversaire dans moins d’un mois, les avis divergent en son sein sur la conduite à suivre. S’il a certes contraint Abdelaziz Bouteflika à démissionner, il n’est pas parvenu à empêcher la tenue d’une présidentielle dont il contestait la légitimité.

Abdelmadjid Tebboune sonde la classe politique

«Le Hirak doit continuer pour maintenir la pression afin d'obtenir un maximum de choses», estime Ahmed Benabid, retraité, interrogé par l'AFP. «Le pouvoir n'est pas parvenu à réduire le Hirak et le Hirak n'a pas réussi à faire aboutir son projet de changement de régime», constate-t-il.

Assimilé par la rue à un responsable politique issu d’un système honni, le nouveau président Abdelmadjid Tebboune assure vouloir instaurer un dialogue avec ses détracteurs. En signe d'apaisement, il a annoncé, dès son investiture, plusieurs réformes de la Constitution censées prévenir les «dérives autocratiques».

Dans ce sillage, le nouveau locataire du palais d'El Mouradia a par ailleurs entamé des consultations afin notamment de recueillir l'analyse de plusieurs personnalités politiques sur la situation actuelle dans le pays. A cet égard, il a déjà reçu l’ancien chef du gouvernement Ahmed Benbitour ou encore le leader du mouvement Jil Jadid Sofiane Djilali, tous deux critiques à l'égard du pouvoir, et qui avaient refusé de prendre part au scrutin présidentiel. Une démarche qui reste pour l'heure accueillie avec défiance par une importante partie de l'opinion publique. 

Lire aussi : Algérie : la présidence annonce la composition du nouveau gouvernement

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»