La Bolivie expulse l'ambassadrice du Mexique et deux diplomates espagnols, Madrid riposte

- Avec AFP

La Bolivie expulse l'ambassadrice du Mexique et deux diplomates espagnols, Madrid riposte© DAVID MERCADO Source: Reuters
Jeanine Añez le 30 décembre à La Paz.
Suivez RT France surTelegram

La présidente par intérim de Bolivie Jeanine Añez a annoncé que l'ambassadrice du Mexique et deux diplomates espagnols allaient être expulsés : elle a accusé ces pays d'avoir tenté d'exfiltrer un dignitaire de l'ère Evo Morales. Madrid a riposté.

La présidente par intérim de Bolivie Jeanine Añez a annoncé le 30 décembre l'expulsion de l'ambassadrice du Mexique ainsi que la chargée d'affaires et le consul d'Espagne après un incident diplomatique impliquant les trois pays survenu le 27 décembre à La Paz.

Les nouvelles autorités boliviennes accusent l'Espagne d'avoir tenté d'exfiltrer un ancien dignitaire du gouvernement du président bolivien déchu Evo Morales, réfugié dans l'ambassade du Mexique à La Paz, ce que Madrid a nié avec virulence. 

«Le gouvernement constitutionnel que je préside a décidé de déclarer persona non grata l'ambassadrice du Mexique en Bolivie, Maria Teresa Mercado, la chargée d'affaires d'Espagne en Bolivie, Cristina Borreguero, le consul, Alvaro Fernandez», a déclaré la présidente par intérim de Bolivie en précisant qu'ils avaient 72 heures pour quitter le pays.   

L'Espagne réplique 

La réaction espagnole ne s'est pas faite attendre. Madrid a annoncé le même jour avoir déclaré trois membres du personnel diplomatique bolivien en Espagne comme «persona non grata» en représailles à l'expulsion annoncée par la Bolivie. 

La Bolivie a accusé le 28 décembre des «fonctionnaires de l'ambassade d'Espagne» en Bolivie, accompagnés d'«hommes cagoulés», d'avoir tenté d'entrer dans l'ambassade mexicaine de La Paz où se trouvent plusieurs personnes recherchées par les nouvelles autorités boliviennes. 

«Nous pensons que le but était d'extraire le criminel Juan Ramon Quintana», avait accusé le ministre de l'Intérieur bolivien Arturo Murillo, nommant un ancien pilier du gouvernement d'Evo Morales frappé d'un mandat d'arrêt. L'opération aurait échoué selon La Paz. 

L'incident s'est produit durant une visite de la chargée d'affaires de l'Espagne Cristina Borreguero à l'ambassadrice mexicaine Maria Teresa Mercado.

Selon le quotidien espagnol El Mundo, citant des sources ministérielles et diplomatiques espagnoles, ces hommes armés et cagoulés étaient des agents du Groupe Spécial d'Opérations (GEO) chargés de la sécurité des diplomates espagnols à La Paz et ont dû sortir de leurs véhicules alors qu'ils étaient bloqués par un attroupement. 

Madrid, qui va envoyer des enquêteurs en Bolivie pour examiner l'incident, a nié tout projet d'exfiltration.

«Le ministère souhaite préciser que la chargée d'affaires effectuait une visite de pure courtoisie et nie avec véhémence qu'il y ait eu un but quelconque de faciliter l'évacuation de personnes réfugiées dans le bâtiment», a-t-on pu lire dans un communiqué du ministère espagnol des Affaires étrangères.

Lire aussi : Evo Morales se dit «convaincu» d'avoir été renversé en raison des réserves de lithium de Bolivie

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix