Affaire Khashoggi : cinq Saoudiens condamnés à mort, deux commanditaires présumés disculpés

Affaire Khashoggi : cinq Saoudiens condamnés à mort, deux commanditaires présumés disculpés© Jim WATSON Source: AFP
Rassemblement devant la Maison blanche à Washington, demandant justice pour le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 19 octobre 2019. (Image d'illustration)

Cinq individus ont été condamnés à mort et trois à 24 ans de prison dans l'affaire du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en octobre 2018. L'ONU déplore que l'enquête n'ait pas cherché à identifier les «cerveaux» de l'opération.

Le procureur général d’Arabie saoudite a annoncé, le 23 décembre, le verdict pour les individus inculpés dans l’affaire du meurtre retentissant du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, notamment contributeur au Washington Post, en octobre 2018. Sur les 31 personnes suspectées dans le cadre de l'enquête, selon les chiffres donnés dans le communiqué du procureur, 21 ont été arrêtées, 11 ont été condamnées dont cinq à mort et trois à 24 années de prison.

«Le tribunal a condamné à mort cinq hommes qui ont directement participé à l'assassinat», peut-on lire dans le communiqué. Toutefois, précise le texte, aucune accusation n’a été retenue contre Saoud al-Qahtani, un proche conseiller du prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, ni contre l’ancien numéro deux du renseignement saoudien, le général Ahmed al-Assiri.

Le général était soupçonné d’avoir supervisé l’assassinat de Jamal Khashoggi et d’avoir agi suite aux conseils et indications de Saoud al-Qahtani, selon l’AFP. En effet, ce dernier a été interrogé dans le cadre de l’enquête judiciaire mais n’a pas été inculpé «faute de preuves», d’après le communiqué du procureur, tout comme Ahmed al-Assiri qui, lui, a été inculpé mais acquitté pour les mêmes raisons.

«Ni justice ni vérité»

Le verdict du procureur général d’Arabie saoudite sur l’affaire du meurtre de Jamal Khashoggi, a suscité l’ire de nombreux observateurs internationaux.

Pour le secrétaire général de l'ONG Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire, ces cinq condamnations à mort pourraient être «un moyen de faire taire à jamais des témoins de l'assassinat». Christophe Deloire a dénoncé sur Twitter le fait que «l’opacité de la procédure et la dissimulation des éléments de preuve ne permettent pas de se faire une idée sur les motifs des condamnations et acquittements».

Christophe Deloire a par ailleurs jugé que «la condamnation à mort ne permet[tait] pas de rendre justice».

«L’Arabie saoudite est 172e sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse en raison de la situation générale des médias, de la détention abusive de plus de 30 journalistes», explique enfin le secrétaire général de RSF.

De son côté, Agnès Callamard, rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions sommaires, a jugé le 23 décembre sur Twitter que le meurtre de Jamal Khashoggi constituait une «exécution extrajudiciaire dont l'Arabie saoudite est responsable».

Agnès Callamard reproche en outre que l’enquête judiciaire n’ait pas cherché à identifier la «chaîne de commandement» afin de cibler les «cerveaux, ainsi que ceux qui ont incité, autorisé ou fermé les yeux sur le meurtre, comme le prince héritier».

«Le verdict sert à blanchir et n'apporte ni la justice ni la vérité pour Jamal Khashoggi et ses proches», a dénoncé dans un communiqué Lynn Maalouf, directrice des recherches sur le Moyen-Orient pour Amnesty International, évoquant un «procès tout à fait injuste». «Ce verdict échoue à se pencher sur l'implication des autorités saoudiennes dans ce crime», a-t-elle ajouté, rappelant que le procès s'était tenu à huis clos.

Quant à la Turquie, où s'est déroulé le meurtre, Ankara a estimé que le verdict était «loin de répondre aux attentes de [son] pays et de la communauté internationale».

Les autorités de Riyad, après avoir donné plusieurs versions du meurtre de Jamal Khashoggi, avaient fini par admettre que celui-ci avait été commis par des agents saoudiens, assurant toutefois que ces derniers avaient agi seuls et sans ordre de hauts dirigeants.

«Le meurtre de Khashoggi n'a pas été prémédité», assure Riyad

Plusieurs sources proches de l’affaire, citées par l'AFP, ont affirmé que de nombreux accusés s’étaient défendus devant le tribunal en désignant le général Ahmed al-Assiri comme le «chef de file» de l’opération, duquel ils ne faisaient qu’exécuter les ordres.

Le tribunal de Riyad a précisé dans un communiqué : «Nous avons conclu que le meurtre de Khashoggi n’a pas été prémédité.»

Le démembrement nécessite une planification minimale

Ce verdict a suscité une profonde indignation chez Agnès Callamard, qui a déclaré sur Twitter : «Le juge semble avoir conclu que le meurtre de Khashoggi était un accident car il ne semble y avoir aucune intention. Dire que sur le moment, les tueurs ont décidé de couper son corps est tout à fait ridicule.» «Le démembrement nécessite une planification minimale», a-t-elle ajouté.

Jamal Khashoggi a été assassiné à 59 ans, en octobre 2018 lors d'une opération qui a terni l'image du prince héritier Mohammed ben Salmane, soupçonné d'être le commanditaire du meurtre, et qui se présentait pourtant comme modernisateur du royaume wahhabite ultraconservateur.

Critique du gouvernement saoudien après en avoir été proche, le journaliste a été étranglé et son corps découpé en morceaux par une équipe de 15 hommes venus de Riyad dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, selon les responsables turcs. Ses restes n'ont jamais été retrouvés.

Lire aussi : Mohammed ben Salmane assume «toute la responsabilité» dans le meurtre du dissident Khashoggi

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»