Affaire Khashoggi : l'ONU devrait enquêter sur la responsabilité de Mohammed ben Salmane

- Avec AFP

Affaire Khashoggi : l'ONU devrait enquêter sur la responsabilité de Mohammed ben Salmane© Adnan Abidi Source: Reuters
Mohammed ben Salmane à New Delhi en Inde, février 2019 (image d'illustration).

La commission des droits de l'homme de l'ONU intensifie la pression et veut une enquête pénale internationale qui permettrait d'établir l'éventuelle implication du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane dans le meurtre du journaliste.

Des preuves suffisantes existent pour ouvrir une enquête sur la responsabilité de hauts responsables saoudiens, y compris celle du prince héritier Mohammed ben Salmane, dans l'affaire Khashoggi, selon une experte des droits de l'Homme de l'ONU citée le 19 juin par l'AFP.

Après avoir elle-même enquêté pendant six mois sur la mort, dans des circonstances particulièrement sordides, du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le rapporteur spécial de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, a déclaré dans un rapport avoir «déterminé qu'il exist[ait] des éléments de preuve crédibles, justifiant une enquête supplémentaire sur la responsabilité individuelle des hauts responsables saoudiens, y compris celle du prince héritier» dans ce qu'elle a qualifié d'«exécution extrajudiciaire».

Le rapporteur de l'ONU a par ailleurs estimé que le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres devrait mettre sur pied une enquête pénale internationale sur l'assassinat et le démembrement du journaliste saoudien.

L'éditorialiste Jamal Khashoggi, critique de Riyad, a été tué le 2 octobre par un commando saoudien dans le consulat de son pays à Istanbul où il s'était rendu pour des démarches administratives. Son corps a par la suite été démembré. Après avoir un temps nié la mort du journaliste, collaborateur du Washington Post, Riyad a fini par expliquer qu'il avait été tué lors d'une «opération hors de contrôle» de l'Etat, menée par des responsables qui ont été destitués depuis.

Lire aussi : Exécutions en Arabie saoudite : 36 décapitations, un crucifiement et un cadavre exposé en public

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»