L'Iran appelle les pays musulmans à combattre le «terrorisme économique» des Etats-Unis

L'Iran appelle les pays musulmans à combattre le «terrorisme économique» des Etats-Unis© Lim Huey Teng Source: Reuters
Le président iranien Hassan Rohani prend la parole lors du sommet de Kuala Lumpur, Malaisie, le 19 décembre 2019.

Le président iranien Hassan Rohani a exhorté les pays musulmans à combattre l'hégémonie économique des Etats-Unis et du dollar. Il appelle, pour cela, à la mise en place d'une cryptomonnaie.

Le président iranien Hassan Rohani a appelé, ce 19 décembre, les pays musulmans à coopérer afin de lutter contre le «terrorisme économique» des Etats-Unis, au cours d'un sommet à Kuala-Lumpur (Malaisie) consacré aux problèmes du monde islamique. Hassan Rohani a notamment plaidé en faveur de la mise en place d'une cryptomonnaie, destinée à combattre l'hégémonie du dollar.

Le sommet de Kuala-Lumpur a réuni des centaines de délégués, et plusieurs chefs d'état représentant divers pays musulmans. L'absence de l'Arabie saoudite a notamment été remarquée. L'Organisation de la coopération islamique (OCI), basée à Djeddah (Arabie saoudite), a d'ailleurs condamné la tenue du sommet.

Hassan Rohani fustige «la domination du dollar américain, et du système financier américain»

Selon Hassan Rohani, «le régime économique américain et la dollarisation des économies nationales et internationales ont permis aux Etats-Unis de faire progresser leur hégémonie grâce à la menace de sanctions et au terrorisme économique».

Le gouvernement iranien doit faire face à des sanctions économiques américaines depuis la révolution islamique de 1979. Allégées une première fois, ces sanctions ont été ensuite drastiquement augmentées par le président des Etats-Unis Donald Trump en 2018, à la suite du retrait de son pays de l'accord sur le nucléaire iranien.

Pour le président iranien, le monde islamique doit être sauvé «de la domination du dollar américain, et du système financier américain», a-t-il déclaré dans son discours, appelant à une plus grande coopération économique entre les pays musulmans. Selon lui, cette coopération doit aller du secteur bancaire au tourisme, et devrait même prendre la forme d'une cryptomonnaie commune.

Egalement présent au sommet, le président turc Recep Tayyip Erdogan a lui aussi appelé à «libérer le commerce bilatéral des pressions des devises». «Au lieu de commercer avec des devises étrangères, nous aimerions commercer avec nos monnaies nationales», a-t-il expliqué. «Nous essayons de développer des systèmes de paiement alternatifs comme la Russie, la Chine et le Brésil», a-t-il ajouté.

S'exprimant devant le parlement turc le 26 novembre dernier, Erdogan avait déjà déclaré : «Abandonnez le dollar et le reste. Passons à notre monnaie, la livre turque. La livre turque ne perd plus de sa valeur. Montrons notre amour pour la patrie de cette façon.» 

Lire aussi : Coup d’envoi des livraisons de gaz russe vers la Chine via le gazoduc «Force de Sibérie»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»