«Faut-il pardonner aux terroristes ?» : le sujet d'un devoir d'école indigne en Angleterre

«Faut-il pardonner aux terroristes ?» : le sujet d'un devoir d'école indigne en Angleterre© Peter Nicholls/Reuters Source: Reuters
Deux femmes se recueillent à Manchester en 2017, après l'attentat-suicide ayant coûté la vie à 22 personnes (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les élèves d'une école du Yorkshire se sont vus demander dans un devoir si le terroriste de Manchester devrait être pardonné. De nombreux parents d'élèves ont fait part de leur réaction indignée.

«Faut-il pardonner aux terroristes ?» C'est à cette question, surprenante, qu'ont dû répondre des élèves de douze ans d'une école du Yorkshire, au Royaume-Uni.

Le 13 décembre, l'école de Bridlington avait mis en ligne un devoir dont l'intitulé exact était : «Imaginez que vous êtes le parent de l'une des victimes de l'attentat de Manchester. Ecrivez une réponse à la question suivante : faut-il pardonner aux terroristes ?»

Le 22 mai 2017, un kamikaze d'origine libyenne, Salman Abedi, avait déclenché sa ceinture d'explosifs à la sortie d'un concert de la chanteuse Ariana Grande. L'attentat avait fait 22 morts et 116 blessés, dont de nombreux enfants, adolescents et parents.

«Absolument dégoûtant»

L'exercice proposé par l'école de Bridlington a provoqué l'indignation de plusieurs parents d'élèves. «Il y a des enfants dans cette école qui assistaient au concert quand l'attaque a eu lieu. Il y a même un cousin de l'une des victimes dans l'école», a déclaré la mère d'un élève au Hull Daily Mail, principal quotidien régional du Yorkshire.

«Je pense que cet exercice est absolument dégoûtant», a ajouté la grand-mère d'une élève de l'école. Kate Parker-Randall, directrice de l'établissement, a présenté ses excuses pour cette initiative. Elle s'est justifiée en affirmant que l'exercice devait présenter aux élèves une question morale difficile et les amener à choisir entre «la haine ou le pardon comme meilleure réponse face à des crimes si terribles». Kate Parker-Randall a finalement admis qu'«après réflexion, [ils auraient] dû poser la question d'une manière différente».

Lire aussi : Le terrorisme, première préoccupation des Français, particulièrement pour les 14-17 ans

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»