Destitution : le Congrès vote le renvoi de Trump en procès au Sénat

Destitution : le Congrès vote le renvoi de Trump en procès au Sénat© LEAH MILLIS Source: Reuters
Le président américain Donald Trump.

Comme attendu, la Chambre des représentants, à majorité démocrate, a renvoyé Donald Trump en procès en destitution. Le Sénat, qui est aux main des républicains, décidera de son sort.

La Chambre des représentant a voté dans la nuit du 18 au 19 décembre l'ouverture du procès en destitution du président américain Donald Trump. Un vote qui a suivi des lignes partisanes, puisque les démocrates ont dans leur écrasante majorité voté pour, à l'inverse des républicains. Contrôlée par les démocrates, la Chambre a adopté, avec 230 voix pour, 197 contre et une abstention, le chef d'«abus de pouvoir» contre Trump. 

Il reviendra au Sénat d'organiser son procès, probablement en janvier. Les républicains, majoritaires à la chambre haute du Congrès, ne font pas cependant mystère de leur intention de l'acquitter. La Chambre des représentants a également adopté un second chef d'accusation contre Donald Trump, l'entrave au travail du Congrès, en raison de son refus de participer à l'enquête en destitution le visant. Un chef d'accusation adopté avec 229 voix pour, 198 contre et une abstention, selon des lignes strictement partisanes (à quatre exceptions près).

Donald Trump a dénoncé dans la foulée depuis le Michigan la «haine» des démocrates du Congrès.

Les démocrates essayent d'annuler le vote de dizaines de millions d'Américains

«Pendant que nous créons des emplois et que nous nous battons pour le Michigan, la gauche radicale au Congrès est rongée par l'envie, la haine et la rage, vous voyez ce qu'il se passe», a-t-il lancé lors d'un meeting de campagne depuis la ville de Battle Creek. «Les démocrates essayent d'annuler le vote de dizaines de millions d'Américains», a-t-il ajouté. Cette procédure qui divise profondément l'Amérique a été lancée contre Donald Trump par les élus démocrates. Ces derniers le soupçonnent d'avoir fait pression en juillet sur le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, afin de nuire à Joe Biden, rival potentiel pour la présidentielle de 2020.

Ils accusent le, président américain d'avoir souhaité conditionner une aide militaire de 400 millions de dollars à l'ouverture d'une enquête sur le fils de l'ancien vice-président démocrate, qui a siégé à la direction de Burisma, un groupe gazier ukrainien un temps soupçonné de pratiques douteuses. Des assertions jusqu'à présent dénuées de preuves, et réfutées à plusieurs par Volodymyr Zelensky lui-même. «Seul mon fils de 6 ans peut faire pression sur moi», avait-il affirmé en septembre, arguant ainsi que l'Ukraine était un pays indépendant et n'avait subi aucune pression de la part du président américain.

Une destitution très peu probable

En octobre et novembre, la commission d'enquête de la Chambre a entendu une dizaine de témoins lors d'auditions à huis clos puis publiques. Donald Trump a de son côté fait déclassifier en septembre la retranscription d'une conversation téléphonique du 25 juillet dans laquelle il demande au président ukrainien de se renseigner sur une ancienne enquête sur le fils de Joe Biden, stoppée en 2016. «[Joe] Biden s'est vanté d'avoir arrêté l'enquête alors si vous pouviez vous renseigner... ça m'a l'air horrible», avait-il notamment déclaré au cours de l'entretien.

Il martèle depuis qu'il n'a commis aucune faute et que les Biden, père et fils sont «corrompus». Le camp présidentiel explique par ailleurs que les 400 millions de dollars d'aide ont été versés à l'Ukraine sans que celle-ci ait ouvert d'enquête sur les Biden, ce qui prouve qu'il n'y a pas eu de proposition de «donnant donnant».

La procédure en destitution lancée contre Donald Trump en conséquence de ces accusations a peu de chance d'aboutir. Le Sénat, qui doit organiser le procès du président est en effet contrôlé par les républicains. Les démocrates doivent convaincre, en l'état actuel des forces, 20 sénateurs de l'autre camp de voter pour l'un des deux articles d'accusation, ce qui paraît très improbable. 

Lire aussi : Procédure de destitution contre Trump : les démocrates ont-ils perdu la tête ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»