La France annonce des frappes en Syrie «dans les prochaines semaines»

Le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian (G) et le président de la république François Hollande (D) observent un chasseur de l'armée française.© Pool New Source: Reuters
Le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian (G) et le président de la république François Hollande (D) observent un chasseur de l'armée française.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé, mercredi 16 septembre, que la France allait procéder à des «frappes aériennes» contre Daesh. Après avoir effectué des vols d'observation, l'armée devrait frapper en Syrie dans un proche délai.

Jean-Yves le Drian était interrogé par nos confrères de la radio France Inter sur la question des frappes aériennes, alors que des chasseurs français procèdent à des vols d'observation depuis le 8 septembre. Le ministre de la Défense a confirmé l'imminence des frappes, précisant qu'elles débuteraient «dans les prochaines semaines, dès que nous aurons des cibles bien identifiées».

En savoir plus : Le président François Hollande juge «nécessaires» des frappes françaises en Syrie

Le ministre s'est refusé à plus de précision concernant les frappes mais a insisté sur le danger que représente l'Etat Islamique (EI) : «Daech a progressé de telle sorte qu'elle menace à la fois l'Armée syrienne libre et la résistance syrienne dans la région d'Alep mais aussi, derrière l'axe Damas-Homs, le Liban si d'aventure Daech arrivait à percer cette ligne». Le chef de l'armée française a également précisé que la France était toujours dans sa phase d'observation, pour laquelle elle utilisait avions et satellites. Une phase nécessaire car «oute opération aérienne est risquée et nous prenons les dispositions nécessaires pour éviter à nos pilotes les dangers qui sont là».

En savoir plus : Manuel Valls, «Nous sommes engagés dans la durée et pour longtemps en Syrie»

Interrogé sur la présence russe en Syrie, le Drian a estimé que «ce qui importe c'est que la Russie fasse partie de la solution et la solution ne passe pas par Bachar el-Achad».

En savoir plus : Rachid Nekkaz : les «50 000 soldats musulmans de la paix» pour aider la Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales