Procès en Algérie : 15 et 12 ans de prison pour les ex-Premiers ministres Ouyahia et Sellal

Procès en Algérie : 15 et 12 ans de prison pour les ex-Premiers ministres Ouyahia et Sellal© Farouk Batiche Source: AFP
Les deux anciens Premiers ministres algériens, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia.

Les ex-Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont été condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison par le tribunal de Sidi M’hamed pour corruption et financement occulte de la campagne électorale de Bouteflika.

Ce 10 décembre, un tribunal algérois a respectivement condamné les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal à 15 et 12 ans de prison pour «financement occulte» de la dernière campagne électorale du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, ainsi que pour «abus de pouvoir, notamment dans l'affaire de montage automobile», selon l'agence de presse algérienne APS

Dans ce dossier,  les prévenus sont entre autres accusés d'avoir perçu des malversations après la conclusion de partenariats avec des constructeurs étrangers et des grands groupes algériens dirigés pour la plupart par des personnalités réputées proches de l'ancien chef d'Etat Abdelaziz Bouteflika. 

La veille, le procureur avait réclamé une peine de 20 ans de prison ferme à l'encontre des deux anciens chefs de gouvernement. 

Dans la liste des accusés figuraient notamment des patrons d'entreprises ainsi que l'ancien ministre de l'Industrie, Abdeslam Bouchouareb. En fuite à l'étranger, ce dernier a été condamné par contumace à 20 ans de prison. Deux autres anciens ministres du secteur, Mahjoub Bedda et Youcef Yousfi, ont écopé pour leur part d'une peine de 10 ans de prison selon le site TSA

Lors de l'ouverture du procès, le 4 décembre, les prévenus avaient nié les charges qui pesaient contre eux. «Je n'ai été ministre que deux mois et demi», a argué Mahdjoub Bedda. «Je jure que je suis innocent. J'ai été à la direction de la campagne (électorale) une semaine seulement», a plaidé de son côté Abdelghani Zaalane, ex-ministre des Transports qui a été en revanche acquité. 

Ce procès inédit dans l'histoire du pays intervient à quelques jours de l'élection présidentielle du 12 décembre qui reste fortement contestée par la rue. 

Lire aussi : Accusé d'«atteinte à l’unité nationale», Rachid Nekkaz incarcéré en Algérie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»