Algérie : dernière manifestation du vendredi avant une présidentielle sous tension

Algérie : dernière manifestation du vendredi avant une présidentielle sous tension© RYAD KRAMDI Source: AFP
Des manifestants protestent à Alger contre la tenue de la présidentielle fixée le 12 décembre 2019 (image d'illustration).

A moins d’une semaine de la présidentielle, plusieurs milliers de personnes opposées à la tenue du scrutin ont défilé dans les rues d’Alger. Les appels au boycott se sont cette fois mêlés à ceux prônant une grève générale dans tout le pays.

Ce 6 décembre, dernier vendredi avant la tenue d’une présidentielle contestée, plusieurs milliers de personnes ont battu le pavé à Alger ainsi que dans d’autres villes du pays. Bien que les autorités se portent garantes de la transparence du scrutin, les manifestants refusent de donner leur voix à l’un des cinq candidats en lice pour la magistrature suprême, tous ayant pour point commun celui d’avoir soutenu – plus ou moins brièvement – la politique d’Abdelaziz Bouteflika.

En attendant, les protestataires sont une nouvelle fois dans la rue : fustigeant un système politique «illégitime», ils exigent pour la plupart la mise en place d’une transition politique menée par des personnalités n’ayant aucun lien avec le président déchu et les dirigeants actuels, à l’instar du président par intérim Abdelkader Bensalah et le chef d’Etat-major, Ahmed Gaïd Salah. 

Sous le regard des policiers massivement mobilisés, les appels à instaurer un «Etat civil» ont été rejoints par d’autres revendications, notamment concernant le début d’une grève générale. 

   

Fervent partisan de l'élection présidentielle, le chef de l'armée reste inflexible

De son côté, le haut commandement militaire, incarné par Ahmed Gaïd Salah, homme fort du pays, rejette catégoriquement les revendications exprimées par le mouvement de contestation et toute autre sortie de crise que l'élection du 12 décembre.

Ainsi, il en avait ainsi appelé le 20 novembre aux «enfants fidèles» de l'Algérie et à leur «devoir envers la Patrie» lors de la présidentielle du 12 décembre. «L'Algérie, qui est capable de choisir la personne qui la dirigera dans la prochaine étape, fait appel à ses enfants fidèles dans ces circonstances particulières», avait-il déclaré. «J'insiste sur le mot fidèles, ces fidèles qui sont très nombreux sur tout le territoire national», avait-il poursuivi. 

C'est dans ce contexte politique toujours aussi tendu que les cinq candidats à la présidentielle participeront dans la soirée de ce même 6 décembre à un débat télévisé inédit pour tenter de convaincre les électeurs.  


Lire aussi : Algérie : manifestations nocturnes contre l'élection présidentielle à venir

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»