ONU : l'institution des droits de l'Homme où il ne fait pas bon être lanceur d'alerte

© Lucas Jackson Source: Reuters

Pour avoir osé dénoncer un viol perpétré sur une réfugiée, une employée des Nations unies a été évincée par sa direction. Le cas de Caroline Hunt-Matthes est pourtant loin d'être isolé. A l'ONU, les lanceurs d'alerte ne sont pas les bienvenus.

«Le bilan c'est que l'ONU à l'heure actuelle ne constitue pas un environnement de travail sécurisé» a expliqué au Guardian Caroline Hunt-Matthes. Celle qui a aujourd'hui quitté l'institution et travaille dans une université à Genève poursuit : «Vous ne pouvez pas signaler les fautes et être protégés à la fois. Qu'est-ce qui pourrait être plus grave que cela ?».

Cette enquêtrice des Nations unies, qui a dévoilé un fait de viol commis sur une réfugiée au Sri-Lanka, ne s'attendait sûrement pas en faisant son travail à payer le prix fort. Placardisée, mise à l'écart, puis finalement évincée, Carolien Hunt-Matthes a été entraînée dans un véritable bras de fer juridique avec son employeur. 10 ans après, elle vient seulement d'obtenir réparation.

C'est sans doute selon le Guardian, l'un des «sales secrets de l'ONU, «la réticence des employés à signaler les abus ou la corruption au sein de l'organisation, par peur de perdre leurs emplois». Selon les chiffres obtenus par l'association Government Accountability Project (GAP) qui soutient les lanceurs d'alerte, le bureau de la déontologie de l'ONU aurait déjà reçu 447 signalements de personnes faisant face à des représailles pour avoir dénoncé des actes répréhensibles. Au final, seuls 4 cas ont été effectivement étudiés par le bureau et suivis de sanctions. Une situation peu encourageante pour les dénonciateurs de l'ONU, qui se sentent peu entendus par leur hiérarchie.

«Le pourcentage des dénonciateurs qui reçoivent effectivement une aide par ce canal demeure extrêmement faible», a déclaré Bea Edwards, le directeur international du GAP. «Nous travaillons maintenant avec les lanceurs d'alerte de l'ONU qui ont simplement démissionné plutôt que d'endurer un tel processus interne prolongé et complexe».

Le cas d'Anders Kompass est à ce titre exemplaire. L'homme qui travaillait pour l'ONU depuis plusieurs années comme conseiller sénior a été suspendu de ses fonctions pour avoir divulgué à la justice un rapport interne faisant état de viols d'enfants en Centrafrique par des Casques Bleus. La cas Kompass ayant suscité une levée de boucliers dans le monde entier, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a finalement été contraint d'ordonner une enquête externe sur le traitement de l'affaire par ses services. Deux ans plus tôt, le bureau de l'éthique avait par ailleurs été reconnu coupable d'avoir omis de protéger un autre diplomate de l'ONU, James Wasserstrom, qui avait été limogé et arrêté par la police de l'institution après avoir révélé des faits de corruption dans les échelons supérieurs de la mission de l'ONU au Kosovo Minuk, en 2007.

Le Guardian a pu parler avec un fonctionnaire des Nations unies actuellement en poste et qui souhaite rester anonyme. «Les bureaux au sein de l'ONU qui sont censés protéger les membres du personnel font tout le contraire. Ils sont du côté de la direction et leur rapportent tout. Ils sont tout sauf indépendants et vous ne pouvez même pas faire appel de leurs décisions».

Bref, un véritable déni de justice dans une organisation censée nous montrer l'exemple en garantissant la paix et le respect des droits de l'Homme.

Pour aller plus loin: Allégations de viols en Centrafrique : la rédactrice du rapport accusateur sera audtionnée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales