Algérie : 28 manifestants condamnés à de la prison ferme pour avoir arboré un drapeau berbère

Algérie : 28 manifestants condamnés à de la prison ferme pour avoir arboré un drapeau berbère© RYAD KRAMDI Source: AFP
Le drapeau berbère est brandi lors d'une manifestation contre le pouvoir à Alger, me 21 juin 2019 (image d'illustration).

Arrêtés en possession d’un drapeau berbère, 28 manifestants ont été condamnés par un tribunal algérien à 12 mois de prison dont six ferme pour «atteinte à l'intégrité du territoire national». Le verdict a provoqué l'indignation des familles.

La justice algérienne a condamné ce 12 novembre 28 manifestants à 12 mois de prison, dont six ferme, pour «atteinte à l'intégrité du territoire national». Selon le Comité national de libération des détenus (CLND), les prévenus ont écopé de cette peine pour avoir arboré un drapeau berbère lors de manifestations contre le pouvoir.

Le Parquet avait requis une peine de deux ans de prison, assortie d’une amende de 100 000 dinars (environ 750 euros) ainsi que la confiscation des drapeaux. En face, la défense, assurée par près de 70 avocats, avait plaidé l’acquittement. Les avocats ont notamment argué qu’aucune loi ne stipule l’interdiction «de brandir un drapeau [berbère]». Tombé à 2h30 du matin (heure locale), le verdict du tribunal algérois de Sidi Mhamed a été accueilli avec colère par les familles des prévenus qui avaient fait le déplacement.

«Justice du téléphone», ont-ils scandé alors que la justice est accusée par nombre de manifestants d'être instrumentalisée par le pouvoir.

Avant le début même de l’audience, plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées devant le tribunal en soutien aux prévenus. «Libérez les détenus» et «Pouvoir, assassin», pouvait-on entendre parmi la foule.

 

Cette décision de justice survient quelques mois après l’avertissement lancé par le chef de l'état-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah. Alors qu’il réaffirmait l’engagement de l’armée à protéger le peuple algérien et à garantir la sécurité du pays «en toutes circonstances», le patron de l’armée avait fustigé la présence de drapeaux autres que celui de la nation algérienne lors des manifestations. Ces propos avaient été rapidement interprétés sur les réseaux sociaux et dans une partie de la presse comme une attaque à peine voilée à l’égard des Algériens berbérophones, qui représentent entre 20 et 30% de la population du pays. 

Lire aussi : Algérie : 18 manifestants écroués pour avoir brandi le drapeau berbère

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»