Moscou : une «vague de violences déclenchée par l'opposition» a poussé Evo Morales à la démission

Moscou : une «vague de violences déclenchée par l'opposition» a poussé Evo Morales à la démission© HO / Bolivia TV
Le président bolivien Evo Morales, après avoir annoncé sa démission le 10 novembre 2018 à la télévision (image de Bolivia TV)

La diplomatie russe a dénoncé ce 11 novembre les violences orchestrées par l'opposition en Bolivie pour forcer le président Evo Morales à la démission, des événements qui rappellent, pour Moscou, «le scénario d'un coup d'Etat».

«Une vague de violences déclenchée par l'opposition a empêché [Evo] Morales d’achever son mandat présidentiel», a déploré le ministère russe des Affaires étrangères ce 11 novembre. 

Moscou a estimé que l'exécutif bolivien «voulait une solution sur la base d'un dialogue politique, mais à la place les événements ont pris une tournure rappelant le scénario d'un coup d'Etat».

Faisant état de sa «préoccupation», la diplomatie russe a appellé toutes les forces politiques boliviennes à trouver «une voie constitutionnelle pour sortir» de la crise. 

Lâché par la police et l'armée, Evo Morales a présenté sa démission face au troubles qui secouent son pays depuis les résultats de l'élection présidentielle du 20 octobre qu'il a emportée dès le premier tour. Le chef d'Etat a dénoncé un«coup d'Etat civil-politique-militaire» avec le concours de groupes violents. Le président socialiste, dont la réélection est contestée par l'opposition, avait d'abord proposé de nouvelles élections, en vain. «J'ai décidé de démissionner de mon poste pour que [les opposants] Carlos Mesa et Luis Camacho cessent de maltraiter et de porter atteinte à des milliers de frères», a-t-il expliqué lors d'une allocution télévisée, faisant part de sa douleur de voir les Boliviens s'affronter. 

Avant l'annonce de cette démission, le commandant en chef de l'armée bolivienne, le général Williams Kaliman, et le général Vladimir Yuri Calderon, chef de la police, avaient enjoint le président à quitter son poste. 

L'opposition ne reconnaît pas les résultats de l'élection présidentielle du 20 octobre qu'Evo Morales affirme avoir remportée dès le premier tour.

Lire aussi : Chaos dans la capitale bolivienne, après le «coup d'Etat» dénoncé par Evo Morales

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»