Un laboratoire biologique du Pentagone se heurte à une nouvelle déficience

Un laboratoire biologique du Pentagone se heurte à une nouvelle déficience© Wikipedia
Microphotographie d'une coloration de Gram de la bactérie Bacillus anthracis, responsable de la maladie du charbon.

Après que 51 laboratoires américains aient reçu des bacilles vivantes d'Anthrax, de nouvelles inspections dans un laboratoire du Pentagone travaillant sur les armes biologiques ont relevé un problème d'étiquetage d'échantillon de bacilles de la peste

Au printemps dernier déjà, des échantillons d'Anthrax (maladie du charbon) mal inactivés et expédiés par le laboratoire militaire de Dugway (Utah, Ouest) avaient été découvertes. C'est cet événement qui a amené de nouvelles inspections.

Cette affaire a conduit le Pentagone à décréter un moratoire sur la production et l'expédition des substances biologiques sur ces sites, et une révision générale des procédures de sécurité dans ses laboratoires.

Selon le porte-parole du Pentagone Peter Cook, les inspecteurs des Centres de contrôle et de prévention (CDC), organisme fédéral de santé publique, ont trouvé un échantillon de bacilles de la peste au laboratoire militaire chimique et biologique d'Edgewood (Maryland, Est).

D'après Peter Cook, l'échantillon ne se trouvait pas dans l'enceinte confinée du laboratoire, mais à l'extérieur de celle-ci, dans un réfrigérateur.

«Des tests pratiqués par l'armée de terre américaine, à qui appartient le laboratoire ont déterminé que la substance n'était pas infectieuse», a déclaré le porte-parole, ajoutant que les experts du CDC estiment qu'il n'y a pas de risque pour la santé des employés du laboratoire ou pour le public en général.

L'homme a cependant fait savoir qu'un test supplémentaire était en cours pour vérifier que cette conclusion était exacte.

La peste est une maladie rare et dangereuse qui peut être mortelle si elle n'est pas traitée.

Le laboratoire de Dugway (Utah) a expédié durant près de 10 ans, dans 194 laboratoires des Etats-Unis et de neuf pays étrangers, des échantillons de bacilles du charbon mal inactivés.

Aucune contamination humaine n'a été décelée. Un nouveau rapport sur cette affaire doit être publié en octobre, a rappelé Peter Cook.

En savoir plus : Un virus terrifiant se cache dans le sol sibérien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»