Plongé en pleine crise sociale, le Chili n'organisera pas la COP25

Plongé en pleine crise sociale, le Chili n'organisera pas la COP25© PEDRO UGARTE Source: AFP
Manifestation contre la politique économique du gouvernement devant le palais présidentiel de la Moneda à Santiago, le 30 octobre 2019.

Le président de droite Sebastian Piñera a annoncé l’annulation de la conférence de Santiago sur les changements climatiques, qui devait se dérouler du 2 au 13 décembre, en raison d'un mouvement inédit de contestation qui agite le pays.

Le président chilien Sebastian Piñera a annoncé le 30 octobre que son pays renonçait à organiser la Conférence de Santiago de 2019 sur les changements climatiques – la COP25 – qui devait s'y tenir fin décembre, ainsi que le sommet du forum de Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) en raison du mouvement de contestation qui agite le pays.

«C'est avec un profond sentiment de douleur, parce que c'est douloureux pour le Chili, que notre gouvernement a décidé de ne pas organiser le sommet de l'APEC [...], ni celui de la COP25», a déclaré le chef de l'Etat de tendance conservatrice, dans des propos rapportés par l'AFP. 

Le sommet de l'APEC – composé de 21 membres représentant plus de 60% du PIB mondial – devait avoir lieu à Santiago les 16 et 17 novembre et la COP25 du 2 au 13 décembre.

Effectivement, le Chili est depuis 12 jours secoué par un mouvement de contestation inédit contre les inégalités socio-économiques avec des manifestations qui ont parfois été émaillées de violences à Santiago et dans d'autres villes.

«Cela a été une décision très difficile à prendre. Une décision qui nous cause énormément de peine parce que nous comprenons parfaitement l'importance de l'APEC et de la COP pour le Chili et pour le monde entier», a poursuivi le président chilien, en fonction depuis mars 2018.

Environ 25 000 délégués étaient attendus à la COP25 à Santiago, dont la jeune et célèbre militante suédoise pour le climat Greta Thunberg. De son côté, le président américain Donald Trump avait laissé entendre le 28 octobre que la signature d'un accord commercial avec le gouvernement chinois aurait pu intervenir avant le sommet de l'APEC.

A lire aussi : Le président du Chili évoque une «guerre» alors que des émeutes ont fait 11 morts (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»