Xavier Dupont de Ligonnès arrêté en Ecosse après plus de huit ans de cavale

Xavier Dupont de Ligonnès arrêté en Ecosse après plus de huit ans de cavale© THOMAS COEX Source: AFP
Une image de Xavier Dupont de Ligonnès en 2011, prise par une caméra de surveillance en France (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon les informations du Parisien, Xavier Dupont de Ligonnès a été arrêté ce 11 octobre à l'aéroport de Glasgow en Ecosse alors qu'il débarquait d'un avion en provenance de Roissy-Charles de Gaulle. Une information confirmée à l'AFP.

MISE A JOUR DU 12 OCTOBRE A 13H : 

Les résultats du test ADN de l'homme arrêté à l'aéroport de Glasgow sont négatifs : il ne s'agit en fait pas de Xavier Dupont de Ligonnès. Notre article complet est à lire ici. 

Xavier Dupont de Ligonnès – soupçonné d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants en 2011 à Nantes et activement recherché depuis – a été arrêté ce 11 octobre à l'aéroport de Glasgow en Ecosse, a annoncé à l'AFP une source proche de l'enquête, confirmant une information du Parisien.

Il aurait été repéré à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle avant l'embarquement après une «dénonciation anonyme» mais les policiers n'auraient pas eu le temps d'intervenir et auraient prévenu Interpol. Ils auraient également alerté la police écossaise qu'il se trouvait dans l'avion et leur ont «transmis des moyens d'identification». Il a été contrôlé à son arrivée à Glasgow et, selon la police britannique, ses empreintes correspondaient.

D'après France info, il aurait subi des opérations de chirurgie esthétique afin de modifier son apparence. Selon une information de Presse Océan, l’homme serait méconnaissable physiquement. Selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP, les enquêteurs français sont en route pour Glasgow.

Accusé de quintuple homicide

Depuis huit ans, Xavier Dupont de Ligonnès était activement recherché. A maintes reprises, des signalements sont parvenus aux enquêteurs mais les milliers de procès verbaux rédigés n'avaient pas permis de dire s'il était mort ou vivant, s'il avait pu organiser sa fuite ou s'il s'était suicidé.

Ce personnage central de l'une des plus mystérieuses énigmes criminelles des dernières décennies a été aperçu pour la dernière fois en avril 2011 : le 14 avril, il était filmé par la caméra d'un distributeur de billets à Roquebrune-sur-Argens, dans le Var. Le 15, il quittait à pied un hôtel avec, sur le dos, un étui pouvant contenir une carabine.

Six jours plus tard, les corps de sa femme et de ses quatre enfants étaient découverts, enterrés sous la terrasse de leur maison à Nantes.

Lire aussi : Pendant sa cavale, Rédoine Faïd s'est déguisé en femme voilée pour passer inaperçu

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix