La Russie prête à garantir une non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats-Unis

La Russie prête à garantir une non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats-Unis© Erin Scott Source: Reuters
Capitole des États-Unis

L’ambassadeur russe aux USA a déclaré que la Russie est prête à fournir des garanties de non-ingérence dans les affaires intérieures américaines tout en précisant que Moscou propose depuis longtemps à Washington d'échanger des lettres de garantie.

«La Russie a proposé aux Etats-Unis d’échanger des engagements sur la non-ingérence dans les affaires intérieures d’un pays à l’autre, et a été toujours prête à fournir de telles garanties», a déclaré l’ambassadeur russe à Washington, Anatoli Antonov, dans le cadre du Forum Dialogue Fort Ross. Selon lui, la Russie n'a, pour le moment, pas reçu de réponse positive de la part des États-Unis concernant cette proposition.

«Nous proposons depuis longtemps d'échanger des lettres contenant des obligations de non-ingérence dans les affaires intérieures des uns des autres – sur le modèle de l'échange de notes personnelles entre Franklin Roosevelt et Maxime Litvinov, lors du rétablissement des relations diplomatiques en 1933. A l’époque, Washington avait insisté là-dessus. Nous sommes prêts à livrer de telles garanties. Cependant, il n'y a, pour l'heure, aucune réaction positive », a confirmé Anatoli Antonov via ces mots publiés sur la page Facebook de l’ambassade russe à Washington.

En 1933, à l'initiative des États-Unis, le président américain Franklin Roosevelt et le ministre soviétique des Affaires étrangères, Maksim Litvinov, avaient échangé des notes où ils s'engageaient mutuellement à ne pas intervenir dans les processus politiques internes.

Antonov a également rappelé sa proposition de créer un groupe de travail conjoint russo-américain concernant la cybersécurité.

«Dans ce contexte, nous réaffirmons la proposition de créer un groupe de travail sur la cybersécurité. Un travail professionnel dans ce domaine aidera à répondre aux préoccupations et aux malentendus », a-t-il précisé.

Le 2 octobre, lors de la séance plénière du 3e Forum international de la Semaine russe de l'énergie, Vladimir Poutine avait répondu à une question à propos d'une supposée ingérence de la Russie dans les futures élections américaines.

«Highly likely», avait alors rétorqué le chef de l'Etat en anglais et très ironiquement, car cela peut être traduit en français par : «Très probablement.»

Il ne faut, en tout cas, pas prendre les propos du président russe au premier degré. Car Vladimir Poutine n'a fait que citer la fameuse phrase de l'ex-Premier ministre britannique Theresa May au sujet de l'affaire Skripal.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»