Une équipe de RT sous les balles dans une zone sensible de l’Ouest de la Syrie

Lizzie Phelan et son caméraman
Lizzie Phelan et son caméraman

Les journalistes de RT, en train de filmer les scènes de conflit dans l’ouest de la Syrie, se sont retrouvés au milieu d’un échange de tirs alors que les forces gouvernementales et leurs alliés chassaient des rebelles dans la ville de Zabadani.

En reportage à Zabadani, une ville syrienne près de la frontière avec la Liban, au centre d’une zone disputée par les autorités et les rebelles, la journaliste de RT Lizzie Phelan et son équipe ont dû fuir les tirs émanant de tireurs non identifiés. En entrant dans la ville, la correspondante a entendu des échanges d’artillerie entre les forces gouvernementales syriennes et les rebelles, pour se retrouver ensuite au milieu d’échanges de feu, en tentant de s’approcher de la ligne de front.

«Il a semblé que les snipers nous visaient spécifiquement, nous avons alors dû quitter cette zone très rapidement», a raconté Lizzie Phelan. L’équipe a quitté la scène en courant, pour se cacher dans les ruines de la ville.

«En sortant, nous avons aperçu un hélicoptère de l’armée syrienne tirer un missile sur le dernier petit renfort contrôlé par les réfugiés», a ajouté Phelan.

Les forces gouvernementales syriennes et leur alliés du Hezbollah, un mouvement libanais de résistance, combattent contre les rebelles pour le contrôle de Zabadani depuis des années, vu qu’il s’agit d’un nœud stratégique d’importance pour le gouvernement syrien, pour le Liban, et pour les rebelles.

En savoir plus : Le Liban au sein d’une tempête de sable terrible : deux morts et 750 cas de suffocation (VIDEO)

Zabadani, contrôlé par les rebelles syriens depuis le février 2012, se trouve sur la route entre Damas et Beyrouth, près de la capitale syrienne. C’est là que se trouve la principale ressource en eau de Damas, et les rebelles ont menacé de couper l’approvisionnement en eau de la capitale.

Les forces gouvernementales et leurs alliés contrôlent actuellement près de 85 % de la ville et livrent les batailles finales visant à reprendre le contrôle total de Zabadani. Seuls 200 à 300 rebelles restent actuellement dans la ville, d’après Lizzie Phelan. D’après les sources militaires syriennes, ces rebelles font partie des groupes Front al-Nosra et Ahrar al-Sham, deux organisations liées à Al-Qaïda. De nombreux combattants de l’Etat islamique (Daesh) se trouvent également parmi les rebelles, selon les mêmes sources.

Même si les responsables occidentaux affirment souvent que le gouvernement syrien ne fait que très peu d’efforts pour lutter contre les extrémistes en Syrie, c’est uniquement l’armée syrienne et leurs alliés du Hezbollah, à côté des milices locales pro-gouvernementales, qui luttent contre les extrémistes dans cette ville stratégique, a fait savoir Lizzie Phelan.

L’armée entend terminer l’opération militaire à Zabadani dans les jours qui viennent.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales