Interpol a détecté une douzaine de «combattants terroristes» aux frontières en Méditerranée

Interpol a détecté une douzaine de «combattants terroristes» aux frontières en Méditerranée© Boris Horvat Source: AFP
Vue de la côte de Marseille, sud de la France, le 8 juin 2019 (image d'illustration).

L'Organisation internationale de police criminelle Interpol a détecté les mouvements de plus d'une douzaine de «combattants terroristes» repérés sur les frontières maritimes des pays du bassin méditerranéen.

L'organisation de coopération policière Interpol a annoncé ce 19 septembre avoir détecté que plus d'une douzaine de personnes soupçonnées d’être des «combattants terroristes» étrangers traversant la Méditerranée, lors d'une opération menée cet été sur les frontières maritimes du pourtour méditerranéen.

Baptisée Neptune II, cette opération «a permis l'ouverture de 31 nouvelles enquêtes, dont plus de douze liées à la circulation de personnes soupçonnées de terrorisme», précise Interpol dans un communiqué.

Six pays ont participé à l'opération de renseignement

L'opération s’est «appuyée sur le renseignement criminel pour viser les réseaux criminels impliqués dans la traite des êtres humains, le trafic de migrants, d'armes à feu et les stupéfiants», précise Interpol.

Basée en France, Interpol a coordonné cette opération menée entre le 24 juillet et le 8 septembre. Six pays y ont participé. Les ports de l'Algérie, de l'Espagne, de la France, de l'Italie, du Maroc et de la Tunisie ont ainsi été mis à contribution pour mener à bien l'opération.

En conjuguant leurs efforts, plus de 1,2 million de recherches ont été effectuées sur les bases de données d'Interpol spécialisées dans les documents de voyage volés ou perdus, les données criminelles ou encore les véhicules volés. Les individus ciblés étaient soupçonnés d'utiliser les liaisons maritimes entre l'Afrique du Nord et l'Europe du Sud pendant la haute saison touristique. 

Dans cette vidéo postée par Interpol, Jean Michel Mascaro, Commandant du SPAF Port de Marseille qui assure le contrôle de la frontière maritime française des liaisons avec l'Afrique et la Turquie, explique le fonctionnement de l'opération Neptune II.

Lire aussi : La Russie dénonce une «ingérence» américaine dans l'élection du président d'Interpol

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»