Le chef de l'armée algérienne ordonne d'empêcher les manifestants d'autres régions d'accéder à Alger

Le chef de l'armée algérienne ordonne d'empêcher les manifestants d'autres régions d'accéder à Alger Source: AFP
Des milliers de manifestants battent le pavé à Alger contre la tenue de l'élection présidentielle, le 17 septembre 2019 (image d'illustration).

Alors qu'une nouvelle journée de mobilisation est prévue à Alger le 20 septembre, le général Gaïd Salah – devenu de facto l'homme fort du pays – a ordonné d'empêcher les manifestants d'autres régions d'Algérie d'accéder à la capitale.

Le général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée algérienne, a annoncé ce 18 septembre avoir ordonné à la gendarmerie d'empêcher l'accès de la capitale, Alger, aux manifestants d'autres régions du pays lors d'une visite de terrain à Tamanrasset, dans le sud du pays. 

«J’ai donné des instructions à la gendarmerie nationale» en ce sens, a déclaré dans un discours le général Gaïd Salah, en appelant à «l’application rigoureuse des réglementations en vigueur, y compris l’interpellation», à la saisie «des véhicules et des autocars utilisés», ainsi qu'à la délivrance d'«amendes à leurs propriétaires».

«Nous avons constaté sur le terrain que certaines parties [...] aux intentions malveillantes font de la liberté de déplacement un prétexte pour justifier leur dangereux comportement, qui consiste à créer tous les facteurs qui perturbent la quiétude des citoyens, en drainant chaque semaine des citoyens issus de différentes wilayas du pays vers la capitale», a-t-il notamment avancé. 

Coutumier des discours concernant la situation politique de l’Algérie depuis la démission d’Abdelaziz Bouteflika, Gaïd Salah – devenu de facto l’homme fort du pays – est souvent critiqué par les manifestants pour ses positions controversées. Ainsi, alors qu’il réaffirmait, le 19 juin, l’engagement de l’armée à protéger le peuple algérien et à garantir la sécurité du pays «en toutes circonstances», le patron de l’armée avait fustigé la présence de drapeaux autres que celui de la nation algérienne lors des manifestations. 

Fervent partisan de la tenue d'une élection présidentielle qu'il estime être la seule issue pour résoudre la crise politique actuelle, Gaïd Salah continue de s'opposer à une transition politique réclamée par les manifestants. De fait, ces derniers réclament son départ depuis plusieurs mois.  

Lire aussi : Algérie : le patron de l’armée promet de nettoyer le pays de la «corruption» et des «corrupteurs»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»