Venezuela : l'opposant Juan Guaido photographié avec des narcotrafiquants colombiens

Venezuela : l'opposant Juan Guaido photographié avec des narcotrafiquants colombiens© MANAURE QUINTERO Source: Reuters
Juan Guaido est inquiété par la justice vénézuélienne (image d'illustration).

Une enquête a été ouverte contre Juan Guaido pour des «liens» avec un gang de narcotrafiquants qui l'auraient aidé à passer illégalement en Colombie en février. Avec pour preuves, des photos très gênantes pour l'opposant soutenu par Washington.

Deux clichés montrées le 13 septembre à la télévision par le procureur général Tarek William Saab font scandale au Venezuela et placent le président autoproclamé par intérim Juan Guaido – soutenu et reconnu par Washington et l'Union européenne – dans une position pour le moins délicate.

Et pour cause, sur ces photos, le chef de file de l'opposition pose avec deux hommes, membres de «Los Rastrojos», une bande de «narcotrafiquants et paramilitaires» colombiens.

Une enquête a dans la foulée été ouverte contre Juan Guaido pour des «liens» avec un gang de narcotrafiquants colombiens qui l'auraient aidé à passer illégalement en Colombie en février dernier. Juan Guaido n'a par ailleurs pas nié avoir été pris en photo avec ces personnes, se contentant d'affirmer qu'il ne connaissait pas leur identité au moment où les clichés ont été réalisés. «Je ne demande pas leurs antécédents [judiciaires] à ceux qui veulent une photo», a-t-il déclaré à la presse.

Auteur: RT France

«Opération d'exfiltration» organisée par «Los Rastrojos»

Selon le ministre de l'Intérieur, Nestor Reverol, qui s'est exprimé peu avant le procureur général, les photos ont été prises fin février, lorsque l'opposant était passé en Colombie pour superviser l'envoi d'aide humanitaire vers le Venezuela, une opération qui avait finalement échoué. Alors que la pression internationale était au plus fort contre le gouvernement de Nicolas Maduro, la Russie, par la voix de la porte-parole de son ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova, avait alors accusé les Etats-Unis, qui soutenait cette opération, de se servir de l'aide humanitaire à destination du Venezuela comme le «prétexte pour une action militaire».

Interdit de sortie du territoire après son auto-proclamation comme président par intérim le 23 janvier, Juan Guaido était passé par une zone boisée en évitant les postes-frontières. Nestor Reverol a qualifié ce passage en Colombie d'«opération d'exfiltration» organisée par «Los Rastrojos». Deux de ses photos, l'une où Juan Guaido pose avec un certain Jhon Jairo Durán Contreras, alias «el Costeño» ou «el Menor» et l'autre où il est aux côtés d'Albeiro Lobo Quintero, alias «el Brother», ont été diffusés dès le 12 septembre sur Twitter par Wilfredo Cañizares, directeur d'une ONG colombienne. 

Alors qu'il s'était attiré les bonnes grâces des Occidentaux en début d'année, lorsqu'il s'était auto-proclamé président par intérim et menaçait sérieusement le gouvernement de Nicolas Maduro, Juan Guaido traverse une période délicate. Absent des dossiers évoqués par les dirigeants du G7 fin août, il s'était résolu à leur envoyer une lettre pour se rappeler à leur bon souvenir, les exhortant à «coordonner une action commune qui permettra des sanctions exemplaires contre tous ceux qui violent les droits humains et de mettre fin aux souffrances du peuple vénézuélien».

Juan Guaido fait, qui plus est, déjà l'objet de plusieurs enquêtes lancées par le pouvoir chaviste, dont l'une pour «usurpation de la fonction présidentielle». Il peut malgré tout toujours compter sur le soutien de Washington, qui prévenu par le passé que son éventuelle arrestation, serait l'«ultime erreur» du président Nicolas Maduro.

Auteur: RT France

Lire aussi : Venezuela : Nicolas Maduro exhorte la justice à poursuivre Juan Guaido pour «trahison»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»