«Prendre une longueur d'avance» : la Hongrie renforce ses liens diplomatiques avec la Syrie

- Avec AFP

«Prendre une longueur d'avance» : la Hongrie renforce ses liens diplomatiques avec la Syrie© Tamas Kaszas Source: Reuters
Le ministre hongrois des Affaires étrangères, en 11 février 2018.

La Hongrie a annoncé qu'elle allait nommer un chargé des Affaires consulaires pour la Syrie, devenant l'un des rares pays européens représentés dans ce pays avec lequel les diplomaties occidentales ont rompu après le déclenchement du conflit.

A partir de l'année prochaine, «un diplomate chargé de la Syrie se rendra occasionnellement sur place pour suivre le soutien humanitaire et diriger les affaires consulaires», a fait savoir à l'AFP le ministère hongrois des Affaires étrangères. Le ministère affirme que cette décision correspond aux «pratiques d'autres pays de l'Union européenne» en Syrie. 

La République tchèque est actuellement le seul Etat membre de l'Union européenne à avoir maintenu une mission diplomatique dans ce pays où a éclaté un conflit armé en 2011, les autres représentations occidentales ayant préféré fermer leur mission, mettant un terme à leur relation avec Damas. La Roumanie conserve une ambassade, mais l'ambassadeur est basé à Beyrouth, au Liban. La Bulgarie a gardé un chargé d'affaires.

Ces dernières années, les pays de l'UE ont pu dépêcher des diplomates en Syrie, mais uniquement pour des négociations portant sur des questions humanitaires ou politiques, jamais pour des questions consulaires.

Budapest particulièrement soucieux du sort des chrétiens syriens

La Hongrie, membre de l'Union européenne depuis 2004, dit avoir fourni une assistance aux chrétiens du Proche-Orient, y compris en Syrie, et explique qu'un «nombre considérable» d'étudiants syriens suivent actuellement un cursus universitaire sur son territoire. Une source proche du gouvernement hongrois a déclaré à l'AFP que Budapest envisageait de discuter avec le président syrien afin de le convaincre d'améliorer l'aide portée aux chrétiens. 

La Hongrie souhaiterait également «prendre une longueur d'avance» en vue de nouvelles opportunités économiques sur les autres pays de l'UE susceptibles de renouer des liens prochainement. «Beaucoup de gens [au sein du parti au pouvoir] Fidesz et du gouvernement pensent que le retour de Bachar el-Assad dans le jeu n'est qu'une question de temps», a déclaré cette source.

Dirigée depuis 2010 par le Premier ministre de droite conservatrice Viktor Orban, la Hongrie a souvent été en désaccord avec les autres pays européens et les instances de l'UE, en particulier sur les questions migratoires. De nombreux pays européens s'opposent à toute normalisation des relations avec le gouvernement syrien.

Lire aussi : Hongrie : Orban préside un «sommet démographique» international et défend les «valeurs chrétiennes»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»