Grandes crises : les ministres russe et français de la Défense évoquent des «pistes de coopération»

- Avec AFP

Grandes crises : les ministres russe et français de la Défense évoquent des «pistes de coopération»© Ludovic MARIN/AFP ; Sergueï Gouneev/Sputnik
Florence Parly et Sergueï Choïgou

Selon l'armée française, la ministre de la Défense Florence Parly et son homologue russe Sergueï Choïgou ont étudié, lors d'une conversation téléphonique, des pistes de coopération possibles sur les crises du moment et le contrôle des armements.

Selon Paris, les ministres de la Défense français et russe, Florence Parly et Sergueï Choïgou, ont évoqué le 3 septembre lors d'une conversation téléphonique des «pistes de coopération possibles» sur les grandes crises du moment et le contrôle des armements. «La ministre a évoqué avec son homologue [russe] les problématiques de maîtrise des armements ainsi que la situation dans les zones de crise : Ukraine, Levant, Golfe, République centrafricaine», a indiqué le ministère français des Armées dans un communiqué. 

«Les ministres ont étudié des pistes de coopération possibles sur lesquelles ils reviendront lors du déplacement conjoint» de Florence Parly et du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian le 9 septembre à Moscou, a-t-il ajouté.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré fin août qu'il fallait «repenser le lien avec la Russie» et «explorer les voies d'un rapprochement», tout en y posant des «conditions».

La France espère notamment obtenir des avancées sur le règlement de la crise ukrainienne qui empoisonne les relations avec Moscou, sous le coup de sanctions européennes depuis le rattachement de la Crimée à la Russie en 2014. 

«On a un paquet d'éléments qui nous amène à avoir une défiance vis-à-vis de la Russie mais se maintenir dans ce statu quo de défiance n'apporte rien à personne», a estimé le 3 septembre le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian devant la presse diplomatique. Sur l'Ukraine, «cela bouge un peu», a-t-il observé, en notant les initiatives du nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky et «l'optimisme prudent» du maître du Kremlin Vladimir Poutine sur ce sujet.

«Les conditions sont réunies pour qu'il y ait très rapidement une réunion en format Normandie», réunissant la France, l'Allemagne, la Russie et l'Ukraine au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement, a ajouté le chef de la diplomatie française.

La mort du traité russo-américain interdisant les missiles de portée intermédiaire (FNI) et les incertitudes sur la survie du traité de contrôle des armements nucléaires stratégiques (START) au-delà de 2021 nécessite aussi un dialogue avec Moscou, selon lui. «Vraisemblablement le START ne sera pas reconduit. Nous allons être à partir de 2021 en absence de régulation sur les armements stratégiques entre la Russie et les Etats-Unis», anticipe Jean-Yves Le Drian. «L'Europe sera nue d'une certaine manière par rapport à ces deux puissances nucléaires [...] sans compter la montée en puissance de la Chine d'une manière qualitative et quantitative», a-t-il souligné.

Le traité russo-américain de réduction des armes stratégiques, dont le dernier volet baptisé «New START» a été signé en 2010, maintient les arsenaux nucléaires russe et américain bien en deçà du niveau de la Guerre froide. Il arrive à échéance en 2021, dans une période de fortes tensions entre les deux plus grandes puissances nucléaires.

Le dialogue avec la Russie sera «donnant donnant», a enfin noté Jean-Yves Le Drian. «Nous ne renonçons pas à quoi que ce soit», a-t-il souligné.

Lire aussi : «La fin de l’hégémonie occidentale sur le monde» : le discours de Macron aux ambassadeurs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»