«Plus de ligne rouge» : le Hezbollah promet de frapper Israël «en profondeur» en cas d'attaque

«Plus de ligne rouge» : le Hezbollah promet de frapper Israël «en profondeur» en cas d'attaque Source: AFP
Des partisans du Hezbollah expriment leur soutien au leader du mouvement chiite, Hassan Nasrallah, lors de son allocution télévisée, le 2 septembre 2019.

Au lendemain de sa confrontation avec Tsahal, le Hezbollah par la voix de son chef, Hassan Nasrallah, a assuré qu’il n’avait «plus de ligne rouge» et que son mouvement était prêt à frapper Israël au «cœur» et à abattre ses drones.

Si les échanges de tirs entre le Hezbollah et Tsahal de part et d'autre de la frontière israélo-libanaise ont cessé, la joute verbale se poursuit entre les deux ennemis. Dans un discours télévisé prononcé ce 2 septembre, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé que son mouvement n'avait désormais «plus de ligne rouge» dans sa confrontation avec Israël. «Hier [le 2 septembre], la résistance a brisé la plus grande ligne rouge d'Israël», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le chef du mouvement chiite a menacé l’Etat israélien de représailles s’il menait une attaque contre ses positions : «Le message est clair : si vous attaquez, toutes les frontières, vos soldats, vos colonies, à la frontière, en profondeur [du territoire] ou à son cœur, pourront être menacés et ciblés.» Il s’est par ailleurs dit prêt à «confronter les drones israéliens dans le ciel du Liban».

Le 25 août, le Hezbollah avait accusé l'Etat hébreu d'avoir mené des attaques de drones dans son fief de la banlieue sud de Beyrouth. Quelques heures après l’incident, qui visait des infrastructures du mouvement chiite, Hassan Nasrallah avait fait montre d'un ton pour le moins direct : «Je dis à l'armée israélienne aux frontières : dès cette nuit, préparez-vous, et attendez-nous un jour, deux, trois, quatre...»

Sans confirmer l’implication de l’armée israélienne dans l’incident, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, avait réagi le 27 août aux déclarations du Hezbollah mais également à celles du président libanais Michel Aoun qui avait, entre autres, déclaré que les attaques contre les positions du Hezbollah équivalaient à «une déclaration de guerre» d'Israël. «Prenez garde à ce que vous dites et surtout à ce que vous faites», avait alors répondu le chef du gouvernement israélien.

Auteur: RT France

Lire aussi : Attaque contre le Hezbollah : Nasrallah promet une réponse imminente à Israël

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»