Attaque contre le Hezbollah : Nasrallah promet une réponse imminente à Israël

Auteur: RT France

Le Liban a accusé Israël de menacer la stabilité régionale après la chute de deux drones dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah. Tsahal n'a pas réagi aux accusations de Beyrouth. Le mouvement chiite, de son côté, promet de riposter.

Quelques heures après la chute de deux drones ayant endommagé des positions du Hezbollah dans la banlieue de Beyrouth ce 25 août, le leader du mouvement chiite, Hassan Nasrallah, a pris la parole. Dans des propos rapportés par l'agence de presse Reuters, celui-ci a déploré la première attaque de l'Etat hébreu sur le sol libanais depuis le conflit qui les a opposés en 2006. Annonçant une nouvelle phase dans le conflit avec Israël, il a promis que tout drone israélien dans le ciel libanais serait désormais abattu, précisant toutefois que le Hezbollah n'avait pas abattu les deux appareils le 25 août.

Hassan Nasrallah a rapproché cet incident des nouveaux bombardements de Tsahal en Syrie, dans la nuit du 24 au 25 août, qui visaient selon lui des positions de son mouvement et auraient tué au moins deux Libanais. L'homme fort du Hezbollah a fait montre d'un ton pour le moins direct : «Je dis à l'armée israélienne aux frontières. Dès cette nuit, préparez-vous, et attendez-nous un jour, deux, trois, quatre...»

Le Liban promet de prendre «toutes ses responsabilités»

Adversaire politique du Hezbollah, le Premier ministre libanais Saad Hariri avait dans un premier temps dénoncé une «agression» israélienne menaçant la «stabilité régionale» qui, selon lui, viole la «souveraineté libanaise» et la «résolution 1701» de l'ONU ayant mis un terme au conflit opposant les deux voisins en 2006. Saad Hariri a en outre averti que son gouvernement «prendrait toutes ses responsabilités» afin d’épargner au Liban tout développement susceptible de mettre en péril «la sécurité, la stabilité et la souveraineté nationales».

Le chef de l’Etat, Michel Aoun, a également fustigé l’intervention attribuée à Israël en la qualifiant d’atteinte à «la stabilité et à la paix au Liban et dans la région». Pour l’heure, l’armée israélienne n'a ni réagi à ces accusations, ni confirmé être à l’origine de cette attaque.

Plus tôt, l’armée libanaise avait attribué la paternité de l’attaque à l'Etat hébreu dans un communiqué : «Deux drones appartenant à l'ennemi israélien ont violé l'espace aérien libanais [...] au-dessus de la banlieue sud de Beyrouth. Le premier est tombé et le second a explosé dans les airs, causant des dégâts matériels.»

De son côté, le mouvement chiite (dont la branche militaire est considérée comme terroriste par l'Union européenne et les Etats-Unis, entre autres) avait auparavant affirmé que l'explosion du second drone avait touché son centre des médias, sans confirmer l'identité des deux appareils. «Le second [drone], chargé d'explosifs, a détoné, causant d'importants dommages [au centre des médias du Hezbollah]», avait ainsi affirmé à l'agence de presse indienne ANI un porte-parole du Hezbollah, Mohamed Afif.

Devant des journalistes, il a précisé que les éclats de vitres avaient fait des blessés légers, sans pour autant confirmer que l’organisation chiite était délibérément visée par cette attaque.

Cet incident est intervenu quelques heures après de nouvelles frappes israéliennes en Syrie voisine, à Aqraba, au sud-est de Damas. Selon Tsahal, cette opération militaire visait à empêcher une tentative iranienne de mener une attaque à son encontre au moyen de drones chargés d'explosifs de type «kamikazes».

Auteur: RT France

Lire aussi : Le Hezbollah réduit ses troupes en Syrie mais assure qu'elles seraient renforcées si nécessaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»