Feux de forêt en Amazonie et en Afrique subsaharienne : une indignation à géométrie variable ?

Feux de forêt en Amazonie et en Afrique subsaharienne : une indignation à géométrie variable ?© Capture d'écran : firms.modaps.eosdis.nasa.gov/map
La carte du système d'information sur les incendies pour la gestion des ressources de la NASA montre l'ampleur des incendies en Afrique Subsaharienne.

Alors que les feux en Amazonie dominent l'actualité et que le sujet doit s'inviter au G7, les incendies en Afrique sont plus nombreux encore, selon les données de la Nasa. Ces derniers seraient liés à la pratique de l’agriculture sur brûlis.

A grand renfort de photographies plus impressionnantes les unes que les autres diffusées sur les réseaux sociaux – mais souvent trompeuses, comme celle publiée par le président français Emmanuel Macron qui date de plus de 16 ans –, les incendies en Amazonie se sont imposés comme un sujet d'actualité majeur depuis plusieurs jours. A tel point que le dirigeant français souhaite faire une place à ce dossier dans l'agenda très chargé du G7.

Pourtant, depuis 48 heures, si l'on se fie aux données satellite de la Nasa, les incendies qui ravagent l'Afrique subsaharienne (de l'Angola à la RDC, en passant par la Tanzanie ou encore en Zambie), sont plus nombreux encore que ceux d'Amérique du Sud, sans pour autant que cela ne suscite le même émoi. Repérée par des internautes, la carte fournie en temps réel par le Système d'information sur les incendies pour la gestion des ressources (FIRMS) de la Nasa qui montre le grand nombre de feux en cours dans la région laisse en effet peu de place au doute.

Le 23 août, l'agence Bloomberg, s'appuyant sur les données satellitaires de la Nasa analysées par la société Weather Source, rapportait que dans les 48 heures précédentes, 2 127 incendies avaient été recensés au Brésil, contre 6 902 en Angola et 3 395 en République démocratique du Congo.

Feux de forêt en Amazonie et en Afrique subsaharienne : une indignation à géométrie variable ?© Weather Source, Bloomberg
Classement des pays en fonction du nombre d'incendies repérés, les 22 et 23 août, selon Weather Source, analysant les données de la Nasa.

Début juin, la Nasa rapportait que «les incendies [étaient] monnaie courante en Afrique à cette période de l'année». Pourquoi ? L'explication la plus plausible, selon l'agence américaine, est à chercher du côté des pratiques agricoles de cette région du monde : l’agriculture sur brûlis, soit le fait de défricher (rendre propre à la culture) des zones forestières par le feu.

D'après cette analyse de la Nasa publiée début juin, les incendies en Afrique subsaharienne représentent environ 70% de la superficie brûlée dans le monde.

Lire aussi : Macron, Madonna ou encore Ronaldo partagent des photos trompeuses pour illustrer les feux d'Amazonie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»