La diplomatie française reprise de volée après sa condamnation des interpellations en Russie

La diplomatie française reprise de volée après sa condamnation des interpellations en Russie© REUTERS/Gonzalo Fuentes
Un membres des forces de l'ordre françaises lors d'une manifestation le 1er mai 2019 à Paris (image d'illustration).

Paris a à nouveau condamné «l'usage manifestement excessif de la force» lors de rassemblements en Russie. La déclaration n'est pas passée inaperçue, de nombreux internautes renvoyant les autorités françaises à leur propre gestion des manifestations.

La diplomatie française a condamné ce 4 août, sur Twitter, les centaines d'arrestations de manifestants qui participaient la veille en Russie à de nouveaux rassemblements, non-autorisés, contre le rejet de près d'une soixantaine de candidatures aux élections locales prévues en septembre. Paris s'est ainsi indigné d'un «usage manifestement excessif de la force» ayant accompagné les interpellations dans plusieurs villes russes, dont Moscou et Saint-Pétersbourg.

Une prise de position diplomatique qui n'a pas manqué de faire réagir sur la toile. Sous la publication, des dizaines de commentaires sont apparus, certains pointant du doigt la réaction des autorités françaises face au mouvement des Gilets jaunes qui a occasionné, en plus des nombreuses interpellations, des dizaines de blessés graves, pour certains mutilés ou éborgnés.

«Quelle prétention française ! Aucune pudeur ! Si un pays n’a pas à donner de leçons en ce domaine c’est bien la France ! Mais les néo-conservateurs anglo-saxons du Quai d’Orsay n’en ont cure au service de la stratégie [américaine] !», a tweeté le conseiller de Paris et ancien sénateur Yves Pozzo di Borgo.

En réponse au message de la diplomatie française, une internaute a posté un montage photo reprenant des images des personnes blessées en marge du mouvement des Gilets jaunes, commentant laconiquement : «Et sinon, en France il y a ça.»

«Merci de faire profil bas», a réagi un autre utilisateur de Twitter, en référence aux chiffres de 12 107 interpellations et de 10 718 gardes à vue pour les six premiers mois du mouvement des Gilets jaunes, publiés en avril par le gouvernement français, et repris par divers médias dont C News.

D'autres se sont contentés de simples memes.

Ce 3 août, le ministère de l'Intérieur russe a déclaré avoir arrêté 600 personnes à Moscou pour «trouble à l'ordre public». 

Une semaine auparavant, le 27 juillet, après des rassemblements similaires, la police russe avait déclaré avoir arrêté 1 074 personnes «pour des infractions diverses au cours d'une manifestation non autorisée dans le centre de la capitale». Selon l'ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations, ce chiffre serait de 1 373 personnes.

«L'hôpital qui se fiche de la charité» ?

La France avait alors condamné ces arrestations, le 29 juilet. En réponse, Moscou avait rappelé à Paris les épisodes de «brutalités policières» survenus lors des mobilisations de Gilets jaunes. «C’est l’hôpital qui se fiche de la charité», avait déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Sur Twitter, le ministère russe s'était pour sa part fendu d'un tweet accompagné du hashtag #GiletsJaunes écrit dans la langue de Pouchkine : «Nous exprimons à notre tour notre préoccupation face à l’état de santé des citoyens français (y compris des journalistes) régulièrement victimes de brutalités policières.»

L'enregistrement d'une soixantaine de candidats aux élections du Parlement de la ville de Moscou a été rejeté en raison de vices de forme dans la collecte des signatures nécessaires pour se présenter. Certains candidats exclus ont dénoncé des irrégularités fabriquées selon eux de toutes pièces et ont accusé le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, de vouloir faire taire l'opposition.

Lire aussi : «L'hôpital se fiche de la charité» : Moscou ironise sur les condamnations des arrestations en Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»