Les services de santé russes affirment n'avoir détecté «aucune substance toxique» chez Navalny

Les services de santé russes affirment n'avoir détecté «aucune substance toxique» chez Navalny© Vasily Maximov Source: AFP
Alexeï Navalny, le 3 octobre 2018, lors d'une audience devant le tribunal municipal de Moscou, en Russie (image d'illustration).

Après analyses, les services de santé russes ont confirmé ne pas avoir trouvé de substances toxiques dans le corps d'Alexeï Navalny. Ce dernier, ainsi qu'une grande partie de son entourage, avancent pourtant la thèse de l'empoisonnement.

Les services de santé russes ont indiqué, ce 31 juillet dans la soirée, n’avoir détecté «aucune substance toxique» dans l’organisme d'Alexeï Navalny, hospitalisé le 28 juillet après une «grave réaction allergique», lui et son entourage ayant avancé la thèse d'un possible empoisonnement. Le médecin-chef de l'Institut Sklifossovski de médecine d'urgence, Alexeï Tokarev, a déclaré auprès de l’agence Interfax qu’«aucune substance toxique n’a[vait] été détectée». 

L'activiste était incarcéré après avoir été condamné le 24 juillet à 30 jours de prison en raison d'infractions «aux règles des manifestations», alors qu'il était à l'origine de plusieurs appels à manifester sans autorisation dans le cadre des protestations contre le rejet d'une soixantaine de candidatures de l'opposition aux élections locales russes de septembre 2019.

Anastasia Vassilieva, médecin personnel de l’avocat de 43 ans, a immédiatement réagi sur son compte Facebook. «On ne sait pas si cette substance chimique était présente en quantité suffisante dans le sang et l'urine pour être détectée et quelle est sa durée de vie dans l'organisme», a-t-elle affirmé, s’étonnant par ailleurs de la «rapidité» avec laquelle les résultats avaient été publiés. Selon elle, l’expertise aurait dû comprendre un examen des cheveux ainsi que des draps de l’opposant russe.

Arrêté lors d’une manifestation non autorisée, Alexeï Navalny avait été transféré le 28 juillet de sa cellule à l'hôpital après une réaction allergique qualifiée d'«étrange » par son entourage. Il avait ensuite pu sortir de l'hôpital, et retourner en cellule le 29 juillet en début d'après-midi. Selon le quotidien russe Vedomosti, les médecins de l’hôpital dans lequel l'homme politique a été admis avaient établi un diagnostic d’urticaire, notant que le traitement était efficace.

Lire aussi : Russie : plus de 1 000 interpellations lors d'une manifestation non autorisée à Moscou

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»