Les médias américains diffusent une vidéo choquante du meurtre d’un homme par la police texane

Capture d'écran de la vidéo de RT
Capture d'écran de la vidéo de RT

Une nouvelle vidéo dans laquelle la police du Texas tue un homme a été diffusée dans les médias américains. Cette vidéo a provoqué une avalanche de critiques, même si la police a condamné les médias d’avoir diffusé ces images.

Dans la vidéo datée de la fin du mois dernier, deux policiers texans ont pris en chasse un homme qui a par la suite été identifié comme Gilbert Flores. Après un bref échange avec les policiers, on voit l’homme lever ses mains. A ce moment-là, les policiers ouvrent le feu et l’homme tombe par terre. Aucun d’entre eux n’a essayé de lui apporter une aide médicale ou de prendre toute autre mesure envers la victime.

Le meurtre de Gilbert Flores

Un passant, Michael Thomas, a filmé la scène et a fait parvenir les images aux médias locaux. Celle-ci a été diffusée par un diffuseur local, alors que les hommes impliqués dans cette affaire n’avaient pas encore été arrêtés.

Le bureau du shérif du comté de Bexar a condamné les médias qui ont relaté ce fait divers, qualifiant leur comportement «d’immoral et triste» sur sa page de Facebook. Le bureau a aussi appelé la communauté à se ranger du côté des policiers contre les médias.

«Aujourd’hui, des membres de nos médias locaux ont choisi de diffuser en ligne la vidéo inédite de la mort d’un homme. Par conséquent, des gens en dehors de la communauté nous ont bombardés avec des commentaires inappropriés, et aujourd’hui, exercent des menaces physiques à l’encontre de nos policiers…C’est immoral et triste…Si vous êtes d’accord, faites savoir aux médias locaux que ce type de comportement sensationnaliste ne se propage pas dans le comté de Bexar», lit-on sur la page de Facebook du shérif du comté.

Un autre incident s’est produit en mars dernier à Hamilton. Une femme de 60 ans Nancy Mason a été amenée au commissariat après avoir été arrêtée pour vol dans un centre commercial.

CETTE VIDEO PEUT CHOQUER LA SENSIBILITE DE CERTAINES PERSONNES.

Nancy Mason

Après son arrivée dans le bureau du shérif, elle s’est trouvée entourée de sept policiers pour avoir refusé d’enlever ses boucles d’oreilles lors de la fouille. L’un d’eux a utilisé une matraque électrique contre Nancy Mason, qui, en tombant à terre s’est fracturée le bras en trois endroits. Pour la police, elle s’est cassé le bras parce qu’elle a refusé d’obtempérer.

«Ils m’ont dit d’enlever mes boucles d’oreille et j’ai refusé. Aujourd’hui quand je vois un policier, savez-vous, ce qui m’arrive ? Je me raidis», a confié Nancy Mason à RT Nancy Mason.

Une autre affaire d’utilisation abusive de la force par la police a défrayé la chronique mercredi dernier après que la police a plaqué au sol un manifestant noir qui a affirmé avoir été renversé par une voiture dans le cadre d’une manifestation qui se déroulait devant le tribunal de Baltimore. Ce dernier procédait à ce moment aux audiences préliminaires du procès Freddie Gray, un afro-américain mort au printemps dernier alors qu’il était sous la garde de la police.

Un noir immobilisé à Baltimore

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales