Détroit d'Ormuz : les Européens exhortent l'Iran à libérer le tanker britannique

- Avec AFP

Détroit d'Ormuz : les Européens exhortent l'Iran à libérer le tanker britannique© TASNIM NEWS / AFP Source: AFP
Le pétrolier britannique Stena Impero, ancré le 20 juillet près de Bandar Abbas au sud de l'Iran.

Alors que l'Iran a arraisonné au moins un navire pétrolier britannique, les voix diplomatiques européennes se sont jointes de concert afin de demander à Téhéran de le libérer. La Grande-Bretagne a dénoncé un acte «dangereux».

Les Européens ont appelé le 20 juillet l'Iran à libérer un pétrolier battant pavillon britannique arraisonné dans le détroit d'Ormuz, la Grande-Bretagne dénonçant un acte «dangereux», et appelant les navires britanniques à éviter ce passage maritime stratégique où se multiplient les incidents.

Arraisonné la veille pour «non respect du code maritime international» par les Gardiens de la Révolution, le tanker Stena Impero, dont le propriétaire est suédois, a été emmené au port de Bandar Abbas (dans le sud de l'Iran), selon les autorités portuaires de la province de Hormozgan qui abrite le port.

Cette saisie est survenue quelques heures après la décision de la Cour suprême de Gibraltar (extrême sud de l'Espagne) de prolonger de 30 jours la détention d'un pétrolier iranien arraisonné le 4 juillet par les autorités de ce territoire britannique, et soupçonné de vouloir livrer du brut à la Syrie en violation des sanctions européennes contre Damas. L'Iran a nié cette accusation et dit qu'il riposterait à cet acte de «piraterie».

L'Allemagne et la France ont sommé l'Iran de relâcher le Stena Impero. «Une nouvelle escalade serait très dangereuse pour la région», a averti Berlin. «Une telle action nuit à la nécessaire désescalade des tensions dans la région du Golfe», a mis en garde Paris. «Cela ne fait que montrer ce que je dis de l'Iran : des problèmes, rien que des problèmes», avait de son côté jugé le président américain Donald Trump.

23 membres d'équipage retenus

Selon Allah-Morad Afifipoor, directeur général de l'Autorité portuaire et maritime de la province de Hormozgan, le Stena Impero est «entré en collision avec un bateau de pêche» qui a ensuite «contacté le pétrolier mais n'a pas reçu de réponse». Le bateau de pêche a alors informé l'Autorité portuaire de Hormozgan, qui a ouvert une enquête car «conformément à la loi, après un accident il est nécessaire d'enquêter sur les causes», a-t-il ajouté, cité par l'agence Fars. Les 23 membres d'équipage sont tous à bord, a-t-il précisé. Dix-huit dont le capitaine sont de nationalité indienne et cinq autres de nationalité philippine, lettone ou russe. Les autorités indiennes, philippines et lettones ont déclaré avoir demandé à l'Iran de libérer leurs ressortissants.

Les Gardiens de la Révolution avaient déjà annoncé détenir un autre tanker «étranger», et son équipage soupçonnés de se livrer à de la «contrebande» de carburant dans le Golfe. Aucune indication n'a été donnée depuis sur ce navire. La région du Golfe et du détroit d'Ormuz, par où transite le tiers du pétrole acheminé par voie maritime sur la planète, se trouve au cœur des tensions, sur fond de bras de fer entre l'Iran et les Etats-Unis qui y ont renforcé en mai leur déploiement militaire en arguant de «menaces iraniennes» non précisées. 

Ces dernières 24 heures ont été marquées par une polémique à propos d'un drone «iranien» que les Américains disent avoir abattu dans le détroit. Mais l'Iran a démenti affirmant n'avoir perdu aucun drone. Les tensions entre Téhéran et Washington, qui n'entretiennent pas de relations diplomatiques depuis 1980, se sont envenimées depuis le retrait unilatéral américain de l'accord nucléaire de 2015, et le rétablissement des sanctions économiques américaines qui nuisent fortement à l'économie iranienne.

Lire aussi : L'Iran publie une vidéo et affirme qu'«aucun drone n'a été abattu» par Washington (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»