Colocations avec des migrants, une association allemande débordée par les offres

Jonas Kakoschke (à droite) et Bakary Conan discutent dans leur appartement partagé de Berlin© Capture d'écran réalisée sur le site du Guardian
Jonas Kakoschke (à droite) et Bakary Conan discutent dans leur appartement partagé de Berlin

Sur le modèle de la plateforme communautaire «AirBnB», qui met en relation des habitants désireux de louer des chambres avec des globe-trotter, de jeunes allemands ont créé un service similaire visant à héberger à la maison... des migrants.

L'association, qui s'appelle Refugees Welcome, est basée à Berlin. Et depuis quelques jours son site est littéralement débordé. En effet, déjà plus de 780 Allemands se sont portés volontaires pour recevoir chez eux des réfugiés, et une trentaine ont effectivement été accueillis chez l'habitant. Une idée généreuse qui commence à faire son chemin en Europe.

Au départ de cette initiative, on retrouve de jeunes Allemands, Jonas Kakoschke, 31 ans et Mareike Geiling, 28 ans. Ces derniers partagent d'ailleurs leurs appartement berlinois avec Bakari, un réfugié malien de 39 ans. En attendant son permis de travail, Bakari apprend ainsi l'allemand avec ses deux colocataires. 

Et parmi ces Allemands qui ont répondu à l'appel de Refugees Welcome, on retrouve des consultants en relations publiques, des charpentiers mais aussi de nombreux étudiants. Des hôtes dont les âges oscillent entre 21 et 65 ans. Et si la plupart vivent  déjà en colocation, des couples mariés et de mères célibataires se sont également portés volontaires. Ainsi, Johann Schmidt qui partage son «home» avec un Irakien raconte au Guardian ses longues discussions avec Azad: «Il me parle de son de pays d'origine et m'explique le contexte global de la situation actuelle en termes simples que je comprends».

Selon les promoteurs de ce projet solidaire, le fait d'héberger un réfugié ne doit pas représenter une perte financière pour la personne sur le loyer d'une chambre notamment. Aussi, selon Refugees Welcome, dans un tiers des cas, les coûts pris en charge par le pôle emploi oupar la CAF allemands, un autre quart des loyers sont payés grâce aux micro-dons effectués directement sur le site.

Mais certains Allemands ont également décidé de prendre le taureau par les cornes sans passer par la plate-forme communautaire. Ainsi le député allemand de la CDU, le parti de la chancelière Merkel, a temporairement hébergé deux réfugiés érythréens dans sa maison de Brandebourg.«Je ne voulais pas de réfugiés dans ma vie, mais ils sont venus. Et je pris le défi» avait-il déclaré à l'époque à un observateur de l'Union européenne. Le député a ensuite été contacté par de nombreux Allemands désireux de faire de même et qui lui proposaient leurs maisons. 

Le projet de Refugees Welcome commence même à s'exporter puisque des initiatives citoyennes identiques naissent dans d'autres pays européens comme la Grèce, le Portugal et le Royaume-Uni. D'ailleurs ce week-end, des milliers d'Islandais ont interpellé le gouvernement afin de leur demander de prendre plus de réfugiés syriens à Reykjavik.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales