Alerte aux fissures sur les ailes d'Airbus A380 : de quoi s'agit-il ?

Alerte aux fissures sur les ailes d'Airbus A380 : de quoi s'agit-il ?© Regis Duvignau Source: Reuters
Un Airbus A380 sur le tarmac de Tarbes (image d'illustration).

Une note de sécurité rédigée par l'Agence européenne de sécurité aérienne a mis en évidence un risque de fissures sur les ailes d'une vingtaine d'Airbus A380. L'AESA n'estime pour l'heure pas nécessaire de clouer au sol les appareils concernés.

Comme le révèle ce 9 juillet le quotidien Les Echos, l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a publié une note de sécurité pointant un risque de fissures sur les ailes des avions de ligne Airbus A380 les plus anciens. L'AESA explique qu'à défaut d'être «détecté et corrigé», le problème pourrait «réduire l'intégrité structurelle des longerons des ailes». Pour autant, l'agence ne préconise pas pour l'heure de clouer au sol les gros porteurs concernés, jugeant que la sécurité des passagers n'était pas menacée.

Le longeron fait partie des éléments constitutifs de l'aile d'un avion, correspondant à une poutre disposée dans le sens de la longueur de la structure. 

Parmi les 25 appareils concernés par ce problème, sont notamment touchés neuf Airbus A380 de la compagnie aérienne du Golfe Emirates, six chez l'allemand Lufthansa, deux chez Air France, ou encore l'unique A380 de la compagnie portugaise Hifly.

Selon le quotidien, les avions en question sont amenés à être inspectés «en externe, mais aussi à l'intérieur des ailes», pouvant engendrer une interruption de service de quelques jours.

L'aviation est l'un des secteurs les plus réglementés et la sécurité est la priorité absolue dans l'aviation

Contacté par Les Echos, Airbus rapporte être en cours «d'investigation et d'analyse», ajoutant : «Les directives [de l'AESA] sont chose courante et démontrent que les procédures réglementaires fonctionnent bien». «L'aviation est l'un des secteurs les plus réglementés et la sécurité est la priorité absolue dans l'aviation», a également indiqué dans un courriel à l'AFP l'avionneur.

Une situation similaire s'était produite en 2012 et l'agence de sécurité aérienne n'avait pas non plus estimé nécessaire de suspendre les vols, soulignant que la sécurité des passagers n'était pas menacée. Toujours selon Les Echos, la facture de l'inspection et de la réparation des appareils concernés s'était alors élevée à plus d'une centaine de millions d'euros pour Airbus.

Lire aussi : «J'ai vu une boule de feu» : l'un des réacteurs d'un A380 d'Air France tombe en panne en plein vol

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»