Un groupe de Hackers affirme «tout savoir sur Daesh» et dit avoir déjoué plusieurs attentats

Ghost Security est un groupe de hacktivistes qui combat les activités de Daesh en ligne.© Wikipedia
Ghost Security est un groupe de hacktivistes qui combat les activités de Daesh en ligne.

« Ghost Security», un réseau d'hacktivistes, affirme avoir déjoué deux attentats terroristes majeurs au cours du mois passé, et dit sérieusement entraver la campagne de recrutement en ligne de l'État islamique.

Le groupe de hackers, formé plus tôt cette année, dit être toujours à la recherche de davantage de volontaires pour approfondir sa lutte anti-terroriste. 

En savoir plus : Front invisible, des hackers Anonymous contre Daesh

Mikro, un des pirates hacktivistes, représentant de Ghost Security devant les médias, a raconté à RT comment le groupe avait intercepté les communications d'islamistes sur les réseaux sociaux. 

«En Tunisie, ils discutaient entre eux sur Twitter, comme à leur habitude. Ils parlaient à propos de ce qu'ils prévoyaient de faire. Quand vous interceptez ces conversations, vous commencez à rassembler les pièces du puzzle. Ils ont commencé à parler d'une vieille ville juive en Tunisie, juste après la première attaque de la plage», a déclaré Mikro, se référant au massacre du complexe hotêlier de Sousse en juin dernier, lors duquel 38 personnes avaient été tuées par un terroriste ayant ouvert le feu sur la foule. 

En savoir plus : Daesh met en ligne sa «liste noire» de personnes à abattre et publie leurs données personnelles

«Nous avons poussé nos analyses plus loin, analysé les détails de plus près, et nous nous sommes rendus compte que nous étions réellement sur quelque chose. Nous avons attendu quelques heures, puis avons alerté les autorités. Deux jours plus tard, ces dernières nous ont recontacté pour nous dire que nos informations avaient été confirmées comme véridiques et, qu'à ce stade, nous avions contribué à empêcher une attaque terroriste».

Mikro a expliqué également que le groupe avait dû se montrer plus prudent au sujet d'une attaque sur une cible de New York, étant obligé de garder le secret, mais affirmant qu'il y avait réellement des «raisons de prendre la menace au sérieux». Selon lui, le rapport sur le complot fourni aux autorités a «effrayé» les terroristes. Le groupe d'hacktivistes a, par ailleurs, utilisé un entrepreneur privé comme intermédiaire dans ses relations avec le gouvernement américain.

Mikro rapporte que le groupe, qui a des liens avec l'ensemble du mouvement Anonymous, a atteint un niveau unique​​ dans sa connaissance des cyber-activités de l'Etat islamique et de son réseau croissant de filiales sur le web.

«Au début, nous avons connu beaucoup d'échecs, mais aujourd'hui, c'est devenu plus simple, nous savons qui ils sont, nous connaissons leurs méthodes, nous savons tout sur les activités en ligne de Daesh» a-t-il affirmé à RT.

Alors que déjouer les complots terroristes représente la clé des travaux de Ghost Security, le groupe est en train de fermer les comptes que l'Etat islamique utilise pour diffuser ses atrocités et recruter de nouveaux membres et adeptes. Ainsi, quelques 59 000 comptes Twitter, 1 300 vidéos de propagande sur Youtube et 130 sites autonomes ont été désactivés après avoir été repérés et signalés par Ghost Security. 

Le représentant du groupe d'hacktivistes explique qu'un de leurs principaux buts dans ce domaine est de bloquer le contenu véhiculé par Daesh, avant qu'il ne se répande à grande échelle sur la toile. Alors que le nombre de comptes liés à Daesh sur Twitter a, selon lui, diminué de près d'un quart, à terme, le groupe espère créer un filtre de couverture virtuelle qui permettrait d'empêcher complétement les islamistes radicaux d'atteindre le grand public.

Selon DigitaShadow, un autre membre du groupe interrogé la semaine dernière par The Blaze, Ghost Security serait actuellement composé de 12 membres principaux, ainsi que de centaines de collaborateurs et d'informateurs à temps partiel. Mais l'équipe souhaite élargir ses effectifs afin d'étendre ses connaissances et sa force de travail.

«Il n'est pas obligatoire d'avoir une arme à feu pour se battre. Tout est très simple. Vous n'avez qu'à vous inscrire sur Twitter, suivre ControlSec ou GhostSec [comptes Twitter utilisés par le groupe], trouver des comptes terroristes et les signaler. C'est quelque chose que chacun peut faire. Nous dépendons vraiment du public et vous n'avez pas besoin d'être un génie de l'informatique pour nous aider», a déclaré Mikro dans son interview.

Pourtant, les hackers de l'Etat islamique ont déjà rejeté toutes les allégations de Ghost Security. 

«Anonymous, GhostSec, CtrlSec disent qu'ils sont apparemment "des hackers qui piratent les activités de l'Etat islamique". En vérité, c'est totalement faux, à ce jour ils n'ont rien piraté du tout. Tout ce qu'ils peuvent faire c'est établir des rapports sur des comptes Twitter et de signaler sur internet, des attaques qui ont déjà été annulées, pour une durée de cinq minutes», avait déclaré en août à The Blaze, un développeur auto-proclamé de longue date des activités de Daesh sur le web. 

Mais si Ghost Security ne fait pas beaucoup de «Hacking» au sens propre pour perturber les communications terroristes, le contact du groupe avec le gouvernement américain, Michael S .Smith, a déclaré à RT que les informations qu'il fournit sont primordiales et permettent aux forces de l'ordre de lutter plus efficacement contre les activités terroristes en ligne. 

«Les informations rassemblées par le groupe en matière d'identification des complots, de structure des cellules terroristes, d'activités de recrutement, de diffusion de propagande sont en conformité avec la loi fédérale, les services secrets et les responsables militaires des États-Unis et sont, si nécessaire, relayées aux fonctionnaires à l'étranger afin qu'ils puissent soutenir leurs activités de lutte contre le terrorisme», a déclaré Smith, le directeur de la société nationale de sécurité Kronos Advisory.

En savoir plus : Un hacker britannique de Daesh aurait été tué en Syrie par une attaque de drone

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales