Abracadabra : la Nouvelle-Zélande raye Israël de la carte et le remplace par la Palestine

Abracadabra : la Nouvelle-Zélande raye Israël de la carte et le remplace par la Palestine© Bureau de l'Immigration néo-zélandais
Carte issue du document du bureau de l'Immigration néo-zélandais.

Le site de l'Immigration néo-zélandais avait substitué la Palestine à Israël dans une carte destinée à évoquer la question des réfugiés des Territoires palestiniens. Après une vague de protestations, le site a supprimé la page.

Israël escamoté au profit de la Palestine sur une carte produite par l'administration néo-zélandaise ? Les internautes ont pu faire cette singulière découverte en consultant un document en ligne émis par le bureau de l'Immigration du pays.

A l'occasion d'une publication sur le programme d'accueil annuel en Nouvelle-Zélande de 1 000 réfugiés issus des Territoires palestiniens, en collaboration avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le site du bureau de l'Immigration a publié une carte du Moyen-Orient accompagnée de chiffres. Le territoire correspondant à l'Etat d'Israël et à la bande de Gaza (mais non la Cisjordanie), figurant en bleu, y a été renommé «Palestine».

La carte fait également référence à Jérusalem-Est comme la «capitale désignée de l'Etat palestinien». Le document mentionne également la «répression massive à l'égard des Palestiniens exercée par Israël durant la seconde intifada», et souligne les sanctions économiques et les blocages de Gaza. 

«Les Palestiniens vivent toujours dans une crise prolongée qui cause une détérioration de la situation humanitaire, émanant de récurrentes violations des lois internationales, sans que des responsabilités pour ces violations ne soient établies», fait état le texte.

Les réactions sur les réseaux sociaux à cette carte a conduit le site à supprimer la page. 

Une carte «incroyablement choquante»

L'institut israélien de Nouvelle-Zélande a contacté le ministère de l'Immigration, l'appelant à présenter des excuses pour cette image «offensante» et à confirmer que cela ne «reflétait pas la politique du gouvernement».

Ashley Church, la directrice de cet institut, a qualifié la carte «d'incroyablement choquante», dans le média israélien Times of Israel, la comparant à une «carte du Royaume-Uni qui supprimerait l'Ecosse et le pays de Galles pour assimiler l'entièreté des îles britanniques à l’Angleterre».

Ironiquement, la Nouvelle-Zélande est un pays souvent oublié des cartes. La société Ikea a dû s'excuser en février dernier après avoir vendu des cartes sur lesquelles le pays des All Blacks ne figurait pas. L'office du tourisme a même créé une campagne l'an dernier accompagnée d'un hashtag #GetNZontheMap (#RemettezlaNZsurlacarte), dans laquelle apparaissait le Premier ministre Jacinda Ardern.

Lire aussi : Jean-Yves Le Drian ironise sur le plan américain censé résoudre le conflit israélo-palestinien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»