Barcelone, un nouvel eldorado pour les Syriens ?

Barcelone, un nouvel eldorado pour les Syriens ?© Albert Gea Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

La maire «indignée» de la capitale catalane, Ada Calau, a annoncé son souhait de créer un vaste réseau de «villes-refuge» en Espagne et en Europe, afin d'accueillir les réfugiés syriens fuyant leur pays. Barcelone prend la tête de cette initiative.

«Europe, Européens : ouvrons nos yeux. Les murs et les barbelés n'arrêteront pas cela», a écrit vendredi Ada Calau sur son compte Facebook et sur Twitter. La maire de Barcelone, issue du mouvement des «indignés» et élue en juin à la tête de la capitale catalane, a ainsi réagi après la découverte (dans des cales de bateaux ou des camions) en moins d'une semaine de près de 200 migrants et réfugiés, morts en tentant de rallier l'Union européenne.

En savoir plus : Le nombre de réfugiés retrouvés morts dans un camion en Autriche atteint 71, dont 4 enfants

«Bien qu'il s'agisse d'une compétence des Etats et de l'Europe, depuis Barcelone, nous ferons tout ce que nous pourrons pour participer à un réseau de villes-refuge» a ainsi annoncé l'édile, qui dans la foulée a décidé de prendre la tête de cette initiative. Ada Calau devrait donc présenter officiellement son projet, vendredi 4 septembre, dans la capitale catalane, à plusieurs maires de grandes villes espagnoles, également issus des rangs des «indignés» ou du mouvement Podemos, comme ceux de Madrid, Saragosse, Saint-Jacques-de-Compostelle, Cadix, La Corogne, ou encore Irun.

«Notre ville doit être à la hauteur de la crise des réfugiés syriens, tout comme elle l'a fait avec la Bosnie lors de la guerre des Balkans»,lançait ainsi un élu indépendantiste lors de la dernière réunion du conseil de Barcelone. La ville, épaulée par l'ONG Asil.cat, devrait donc rapidement augmenter ses capacités d'accueil afin de recevoir plus de réfugiés syriens en son sein. Le haut-commissariat pour les réfugiés de l'ONU a également été informé du projet catalan. Une initiative qui agace le parti populaire espagnol, qui qualifie la maire catalane «d'irresponsable» et lui conseille de «s'occuper plutôt des affaires de corruption».

En savoir plus : Catalogne, à un mois du scrutin crucial, les indépendantistes au cœur d'un scandale de corruption

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix