La Tunisie refuse d’accueillir 75 migrants bloqués en mer depuis plusieurs jours

- Avec AFP

La Tunisie refuse d’accueillir 75 migrants bloqués en mer depuis plusieurs jours© PAU BARRENA Source: AFP
Des membres de l'ONG SOS Méditerranée et de Médecins sans frontières (MSF) effectuent un exercice de sauvetage près du navire Aquarius, entre l'île italienne de Lampedusa et la Tunisie, le 23 juin 2018 (image d'illustration).

La Tunisie refuse de donner son feu vert au débarquement d’un bateau bloqué au large de ses côtes avec 75 migrants à bord. Selon le ministère tunisien de l’Intérieur, les migrants, partis de Libye, veulent être accueillis par un pays européen.

Un bateau égyptien ayant secouru il y a dix jours dans les eaux internationales 75 migrants est toujours bloqué au large de la Tunisie, les autorités refusant qu'ils débarquent, selon le Croissant-Rouge. Le remorqueur égyptien Maridive 601, qui dessert des plateformes pétrolières entre la Tunisie et l'Italie, est arrivé le 31 mai au large de Zarzis, dans le sud de la Tunisie, après avoir récupéré les migrants à la dérive.

Une équipe du bureau du Croissant-Rouge dans cette ville a apporté le 9 juin aides et soins aux migrants, dont certains sont malades, selon Mongi Slim, président de cette branche locale du Croissant-Rouge. Contacté par l'AFP le même jour, le capitaine du navire s'est refusé à toute déclaration. 

Il avait, il y a six jours, lancé un appel aux autorités tunisiennes pour permettre à son bateau «d'entrer en urgence» dans le port de Zarzis. Le gouvernement tunisien n'a pas donné son feu vert pour le débarquement des migrants.

«Les migrants veulent être accueillis par un pays européen», s'est contenté de dire, sous couvert de l'anonymat, un responsable au ministère de l'Intérieur. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) avait indiqué début juin que les migrants, qui venaient de Libye, avaient «besoin d'urgence d'eau, de nourriture, de vêtements, de couvertures et surtout d'assistance médicale».Il s'agit, selon l'OIM, de 64 Bangladais, 9 Egyptiens, un Marocain et un Soudanais, dont au moins 32 enfants et mineurs non accompagnés.

L'agence de l'ONU a annoncé être prête à aider la Tunisie pour accueillir ces migrants, partis de Libye dans l'espoir d'atteindre l'Europe. Cet incident intervient en Méditerranée où les navires de l'opération anti-passeurs de l'UE «Sophia» ont cessé d'intervenir tandis que les navires humanitaires font face à des blocages judiciaires et administratifs.

En août dernier, un autre bateau commercial était resté bloqué plus de deux semaines en mer avec les 40 immigrés clandestins qu'il avait secourus. Les autorités tunisiennes avaient alors souligné qu'elles acceptaient ces migrants exceptionnellement et pour raisons «humanitaires».

Lire aussi : Les tests osseux controversés pour les jeunes migrants validés par le Conseil constitutionnel

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»