USA : un homme s'identifiant femme écrase la concurrence aux Championnats universitaires féminin

USA : un homme s'identifiant femme écrase la concurrence aux Championnats universitaires féminin© Capture d'écran Twitter @Adam4d
Cece Telfer.

Né homme, Cece Telfer a été autorisée à participer aux Championnats universitaires d'athlétisme féminin parce qu'elle s'identifie femme, et a baissé son taux de testostérone. Elle bat désormais de nombreux records, non sans susciter la polémique.

Le Championnat universitaire d'athlétisme (NCAA) au Etats-Unis s'est découvert une nouvelle star le 25 mai : Cece Telfer empile les performances de haut niveau dans les épreuves féminines de sprint pour le compte de l’Université Franklin Pierce, et a en effet remporté haut la main le 400 mètres haies de la seconde division. Des performances qui ne font pas que des heureux, certains estimant que la jeune femme de 21 ans dispose d'un avantage injuste sur ses concurrentes.

Et pour cause, pas plus tard que l'année dernière, Cece Telfer participait aux épreuves en tant que Craig Telfer, dans la catégorie masculine. Né homme, l'athlète s'identifie désormais femme, et peut à ce titre participer aux épreuves du circuit féminin. Selon les règles de la NCAA, un homme biologique est en effet autorisé à concourir en tant que femme à condition qu'il abaisse son taux de testostérone pendant une année.

Parmi les meilleures athlètes féminines au niveau national

Athlète aux résultats plutôt moyens lorsqu'il participait aux épreuves masculines, Cece Telfer a franchi un cap en changeant de catégorie, et se mêle désormais aux meilleures femmes au niveau national. «Cece Telfer est l’une des sprinteuses les plus rapide de la NCAA, toutes divisions confondues», note ainsi le journaliste du Daily Caller, Peter Hasson. L'athlète a d'ailleurs reçu en février un prix pour la féliciter de ses performances.

Des résultats largement commentés sur les réseaux sociaux, où beaucoup d'internautes, à l'instar de l'association Save Women sport (Sauvons le sport féminin), se demandent si la place des femmes biologiques dans le sport de haut niveau n'est pas menacée.

«Imaginez que vous soyez une femme et que vous vous entraîniez durement pendant des années pour pouvoir obtenir une bourse d'études et ensuite vous mettre en concurrence avec des hommes biologiques», dénonce ainsi dans un tweet très partagé un journaliste du Daily Wire, qui conclut : «Si les athlètes féminines veulent que cela cesse, elles devraient refuser de participer aux épreuves où elles sont obligées de concourir contre des hommes biologiques.»

Les polémiques du genre se multiplient ces derniers temps. En décembre 2017, Laurel Hubbard, qui était un homme quatre ans auparavant, avait décroché la médaille d'argent des Championnats du monde d'haltérophilie féminins, suscitant de nombreuses critiques.

Lire aussi : Transgenre, cette vice-championne du monde d'haltérophilie ne s'estime pas avantagée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»