Transgenre, cette vice-championne du monde d'haltérophilie ne s'estime pas avantagée

Transgenre, cette vice-championne du monde d'haltérophilie ne s'estime pas avantagée© Capture d'écran Facebook@North Sport Olympic Weighlifting
Laurel Hubbard

Laurel Hubbard, qui était un homme il y a seulement quatre ans, a terminé deuxième des championnats du monde d'haltérophilie féminins. Si elle estime qu'il n'y a pas de «différence fondamentale» avec ses adversaires, beaucoup ne sont pas de cet avis.

C'est une première : une haltérophile transgenre a remporté deux médailles d'argent lors des championnats du monde féminin de la discipline, qui avaient lieu du 28 novembre au 5 décembre à Anaheim, aux Etats-Unis, dans la catégorie des plus de 90 kilogrammes.

La Néo-Zélandaise Laurel Hubbard, qui concourrait contre des hommes jusqu'à sa transition il y a quatre ans, a pu participer à la compétition féminine parce qu'elle remplissait tous les critères définis par le Comité international olympique.

Une décision qui a fait grincer pas mal de dents chez ses adversaires et leur entourage, qui ont pour certains publiquement exprimé leur mécontentement, à l'instar de l’entraîneur de l'athlète qui a terminé en troisième position. «Nous ne sommes pas d'accord avec ça», a-t-il expliqué dans des propos rapportés par le site d'actualité néo-zélandais NewsHub, estimant que la compétition n'était pas juste face à quelqu'un «qui a été un homme pendant si longtemps, qui a des hormones différentes, des sentiments différents».

Mais Laurel Hubbard ne pense pas pour autant disposer d'un quelconque avantage. «Je ne crois pas qu'il y ait une différence fondamentale entre moi et les autres athlètes, et suggérer qu'il y en a une est humiliant pour elles», a-t-elle confié le 8 décembre à NewsHub, qui l'interrogeait à ce sujet.

Laurel Hubbard explique en outre avoir dû faire face à des critiques particulièrement virulentes sur les réseaux sociaux. «Je pense qu'en tant qu'athlète vous devez en faire abstraction, car ça ne fait qu'ajouter du poids sur la barre», a conclu celle qui a refusé de participer à toute conférence de presse lors de la compétition.

Lire aussi : L'Allemagne devra reconnaître un troisième sexe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter