Grand raout eurosceptique et identitaire autour de Salvini à Milan

Grand raout eurosceptique et identitaire autour de Salvini à Milan© Miguel MEDINA Source: AFP
Matteo Salvini pose sur le balcon d'un appartement saisi à la mafia et situé en face du Palais de justice de Milan, le 7 mai 2019 (image d'illustration).

En ce dernier week-end de campagne des européennes, le ministre de l'Intérieur italien et chef de file des partis souverainistes et eurocritiques a invité onze formations à Milan. Les députés RN pourraient former le deuxième contingent à Bruxelles.

Marine Le Pen rejoint le 18 mai son allié Matteo Salvini à Milan, avec dix autres partis, pour un sommet souverainiste et identitaire de «l'alternance» à l'Union européenne. Le Hongrois Viktor Orban n'a en revanche pas répondu à l'appel.

Salvini ne lâche pas !

«Ceux qui se taisent sont complices. Ecrivons l'histoire ensemble !», peut-on lire ces derniers jours sur des affiches placardées dans la métropole lombarde. Le ministre de l'Intérieur et homme fort du gouvernement italien a également fait la promotion de ce grand raout nationaliste sur ses réseaux sociaux.

De son côté, la présidente du Rassemblement national a qualifié «d'historique» cette réunion de «tous les partis nationaux d'Europe». Et a apporté son soutien à Matteo Salvini, en compagnie de sa tête de liste Jordan Bardella, alors que le responsable politique italien est la cible, en Italie et en Europe, de nombreuses critiques. Un message accompagné du désormais célèbre mot-dièse «Salvini ne lâche pas !».

«L'Europe n'est forte que de nations fortes», a plaidé la patronne du RN, qui prône comme Matteo Salvini une «Europe des nations et des coopérations» au lieu du «bunker» de l'Union européenne fédéraliste. Douze partis souverainistes se réuniront place du Dôme dans la ville natale de Matteo Salvini, dont la moitié représentés par leurs chefs.

L'ambition d'un «super groupe» au Parlement européen

Celui-ci avait lancé un appel le 8 avril à unir les «forces patriotiques et conservatrices» en vue d'une Europe avec «moins d'immigration» et s'attaquant «au terrorisme et à l'islamisation». Il est parvenu à convaincre l'AfD, pourtant en désaccord avec le protectionnisme du RN, et à débaucher deux petits partis scandinaves du groupe conservateur CRE, le Parti du peuple danois, et les Vrais Finlandais.

Marine Le Pen a, elle, sillonné l'Europe pour soutenir d'autres petites formations alliées qui n'ont pas encore d'élus (Volya, SPD, Sme Rodina, Ekre). Selon les derniers sondages d'intentions de vote, la Ligue devrait entrer en force au Parlement européen, avec 26 eurodéputés, soit 20 de plus qu'actuellement, aux côtés du RN (20 élus projetés) et de l'AfD allemande (11 élus projetés).

Leur ambition est de constituer un «super groupe» à partir du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) au Parlement européen, où siègent déjà le RN, la Ligue, le FPÖ autrichien ou le Vlaams Belang flamand. L'enjeu est de devenir la troisième force au Parlement de Strasbourg, une place que convoitent aussi les libéraux de l'ALDE, où pourraient siéger les élus français pro-Macron.

Brilleront par leur absence à Milan le Premier ministre national-conservateur hongrois Viktor Orban, qui a promis à Matteo Salvini d'engager une «coopération» après les élections mais refuse toute «alliance» avec Marine Le Pen, ainsi que le PiS polonais, malgré un déplacement de Matteo Salvini à Varsovie en janvier.

«Le supergroupe, il existera avec ou sans monsieur Orban, même si ça aurait une cohérence», s'est défendue Marine Le Pen. Elle compte sur l'expérience au pouvoir de ses alliés en Europe pour convaincre en France de sa capacité à gouverner sans semer le «chaos», qu'elle attribue au président Emmanuel Macron après la crise des Gilets jaunes. «Nous représentons une alternance» à l'Union européenne a-t-elle répété, alors que la campagne va entrer dans sa dernière semaine.

Lire aussi : Dans les coulisses européennes, la bataille pour la présidence de la Commission

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»