Plâtré jusqu'aux cuisses, un Suédois tente de faire passer de la drogue

L'homme a été arrêté lors d'une escale à l'aéroport de Dubaï. Source: Reuters
L'homme a été arrêté lors d'une escale à l'aéroport de Dubaï.

Les deux jambes plâtrées, un Suédois a tenté de faire passer plusieurs kilos de cocaïne en douce à l'aéroport de Dubaï. Mais son plan n'a pas fonctionné, il a été condamné à 10 ans de prison il y a quelques jours.

C'est un stratagème original qu'ont déjoué les policiers de Dubaï, au mois de mars. Mais la tactique ingénieuse d'un Suédois de 49 ans ne l'empêchera pas de faire 10 ans de prison pour trafic de drogue après avoir été condamné il y a quelques jours.

Cet homme rentrait en effet d'un voyage au Brésil lorsqu'il a dû faire une escale à Dubaï avant de se rendre en Suède. Ils passent donc à la douane, et les policiers s'étonnent, lors d'un banal contrôle, de voir cet homme les deux jambes dans le plâtre.

Interloqué, les policiers décident alors de contrôler plus en détail ce drôle de passager. Un policier lui demande alors un certificat médical pour ses deux jambes cassées... lorsque l'homme s'échappe en courant à travers l'aéroport. « Ses deux jambes étaient plâtrées des cuisses jusqu'au pieds, mais les genoux avaient été laissés libre pour qu'il puisse se déplacer», a raconté un fonctionnaire de police lors du procès, ces derniers jours.

Finalement rattrapé, puis après avoir tenté de corrompre un fonctionnaire de police, le quadragénaire est ensuite examiné de plus près par les policiers de l'aéroport de Dubaï. Ces derniers qui constatent de ces jambes ne sont pas en plâtre. En réalité, en dessous de ses bandages, l'homme a caché huit paquet de cocaïne, pour un total de 6 kilos.

Hier, il a finalement été condamné à 10 ans de prison par la justice de Dubaï. Un moindre mal, a estimé son frère, interrogé par le tabloïd suédois Expressen : «Cela aurait pu être bien pire, il aurait pu être emprisonné pour toute sa vie»...

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales