«Un héros de la vérité»: des Gilets jaunes soutiennent Assange devant le tribunal à Londres (VIDEOS)

«Un héros de la vérité»: des Gilets jaunes soutiennent Assange devant le tribunal à Londres (VIDEOS)© Fabien Rives / RT France
Des Gilets jaunes sont venus soutenir le fondateur de WikiLeaks Julian Assange devant le tribunal de Westminster, le 2 mai.

Des Gilets jaunes ont fait le déplacement de France jusqu'au tribunal de Westminster pour soutenir le fondateur de WikiLeaks, «héros de la liberté et de la vérité», selon eux. Un journaliste de RT France les a accompagnés.

Un groupe de Gilets jaunes s'est rendu le 2 mai devant le tribunal londonien de Westminster pour apporter son soutien au fondateur de WikiLeaks Julian Assange, qui comparaissait en vue d'une possible extradition vers les Etats-Unis. Le journaliste de RT France Fabien Rives a fait le déplacement avec eux, pour les interroger sur le sens de leur action.

Si les médias – qu'ils accusent fréquemment de collusion avec le pouvoir – sont dans le collimateur des Gilets jaunes, ceux-ci tiennent pourtant en grande estime le métier de journaliste, dont ils considèrent le fondateur de WikiLeaks comme le plus illustre représentant. «C'est un grand journaliste qui a révélé de nombreux secrets, [...] un journaliste très professionnel, qui a une véritable déontologie du travail [...]. On a besoin de gens comme lui, ce sont des héros de la liberté, des héros de la vérité. C'est ce que devraient faire tous les journalistes», confie ainsi au micro de Fabien Rives une Gilet jaune. 

«Les médias filtrent les informations, ont des liens avec le pouvoir. WikiLeaks est un modèle qui permet de se rapprocher le plus possible de l'objectivité, de révéler les crimes des puissants», explique un autre Gilet jaune devant le tribunal, avant de déplorer la diffamation exercée par les médias français vis-à-vis de l'Australien. «Alors qu'ils devraient être en première ligne pour défendre le meilleur d'entre eux, ils l'ont oublié. Soit par jalousie, soit parce qu'ils ne voulaient pas s'exposer face aux puissants», note-t-il.

Lors de sa comparution, Julian Assange a refusé d'être extradé vers les Etats-Unis, qui veulent le juger pour piratage informatique. «Je ne veux pas me soumettre à une extradition pour un travail de journalisme qui a récolté de nombreuses récompenses et protégé beaucoup de gens», a déclaré le lanceur d'alerte âgé de 47 ans par vidéoconférence depuis la prison de Belmarsh où il est détenu depuis le 11 avril.

Les Etats-Unis l'accusent d'association de malfaiteurs en vue de commettre un «piratage informatique» pour avoir aidé l'ex-analyste du renseignement américain, Chelsea Manning, à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense en 2010.

Selon l'avocat spécialiste des extraditions Ben Keith, la bataille judiciaire qu'il a engagée a peu de chance de succès, et pourrait durer entre 18 mois et deux ans. La prochaine audience a été fixée au 30 mai.

Lire aussi : Julian Assange condamné à 50 semaines de prison à Londres

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»