Autriche : le chef du parti anti-immigration FPÖ évoque des «changements de population»

Autriche : le chef du parti anti-immigration FPÖ évoque des «changements de population» © LEONHARD FOEGER Source: Reuters
Heinz-Christian Strache le 23 avril 2019.

Le chef du Parti de la liberté autrichien (FPÖ), qui partage le pouvoir en Autriche avec le conservateur Sebastian Kurz, a affirmé sans ambages que son parti était en première ligne contre les «changements de population».

La déclaration mettra-t-elle dans l'embarras le parti conservateur autrichien ÖVP, en coalition au pouvoir avec le parti anti-immigration FPÖ ? Heinz-Christian Strache, chef du FPÖ et vice-chancelier d'Autriche, a évoqué la notion de «changements de population» au cours d'une interview au quotidien Kronen Zeitung publiée le 28 avril. 

«Nous gardons constamment le cap pour notre patrie autrichienne, la lutte contre les changements de population, comme le peuple l’attend de nous», a-t-il ainsi affirmé sur une question sur une polémique autour d'un élu local du FPÖ, contraint à la démission après avoir comparé les migrants à des rats, dans un poème. 

Nous ne voulons pas devenir une minorité dans notre propre pays

Relancé par son intervieweur, piqué par l'emploi du terme «changement de population», le président du FPÖ et ministre fédéral de la Fonction publique et des Sports a assumé ses propos. «C'est une réalité. Nous ne voulons pas devenir une minorité dans notre propre pays», a-t-il précisé.

La notion de «changement de population», rappelant celle, qui est controversée en France, de «grand remplacement» de l'écrivain Renaud Camus, a eu un vaste écho dans la presse récemment après l'attaque terroriste contre des musulmans de Christchurch, menée par un terroriste extrémiste de droite australien qui s'en est prévalue.

En France, Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national (RN) allié du FPÖ au parlement européen, avait de son côté déclaré ne pas «connaître» la «théorie du grand remplacement» et n'avoir «jamais utilisé ce terme-là». Jordan Bardella, tête de liste du RN aux élections européennes, avait quant à lui parlé de «substitution de populations» dans certains quartiers sans pour autant souscrire à la «théorie du grand remplacement». 

Lire aussi : L'Autriche veut refuser l'asile à tous les migrants arrivant en Europe avec l'aide de passeurs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»