La CEDH donne à nouveau raison à Alexeï Navalny contre la justice russe

La CEDH donne à nouveau raison à Alexeï Navalny contre la justice russe © REUTERS/Vincent Kessler
Alexeï Navalny répond à des journalistes le 15 novembre 2018 (image d'illustration).

Saisie par l'opposant russe, la Cour européenne des droits de l'Homme a condamné Moscou pour avoir assigné ce dernier à résidence en 2014 dans le cadre d'une enquête pour escroquerie. La CEDH y voit une restriction de «ses activités politiques».

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a condamné la Russie le 9 avril pour des sanctions imposées à Alexeï Navalny en 2014. Alors visé par une enquête pour escroquerie, celui-ci avait notamment été assigné à résidence. La CEDH juge pourtant, dans son arrêt, que ces mesures n'étaient pas justifiées et visaient à «restreindre [les] activités politiques» de l'opposant.

Alexeï Navalny a salué cette décision, espérant qu'elle ait des «conséquences importantes pour tous ceux en Russie qui subissent un tel [traitement] arbitraire».

De son côté, le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a jugé que la décision de la CEDH était «assez inattendue», ajoutant : «On ne peut pas être d'accord [avec cette décision].»

Moscou avait imposé en 2014 une assignation à résidence à Alexeï Navalny dans le cadre d'une enquête ouverte deux ans auparavant pour escroquerie et blanchiment de produits de transactions illégales, notamment envers la filiale russe de Yves Rocher. L'assignation à résidence avait été prolongée à plusieurs reprises et avait duré dix mois.

Arrêté sept fois entre 2012 et 2014 lors de rassemblements et poursuivi soit pour violation de la loi sur les rassemblements publics, soit pour désobéissance à un ordre de la police, Alexeï Navalny a produit cinq requêtes.

Après une précédente condamnation de la CEDH en novembre, la Russie se voit condamnée à lui verser 20 000 euros pour préjudice moral. Il avait de son côté réclamé 100 000 euros.

Alexeï Navalny est régulièrement présenté à tort par plusieurs médias, dont l'AFP, comme «principal opposant à Vladimir Poutine». Il bénéficie pourtant de nettement moins de soutien, au sein de l'opposition russe, que les dirigeants de l'extrême droite et du parti communiste, comme le faisait remarquer le blogueur Olivier Berruyer, animateur du site Les Crises en mars 2018, à quelques jours de l'élection présidentielle russe.

Opposé au chef d'Etat russe, Alexeï Navalny prend régulièrement la parole pour dénoncer la corruption régnant selon lui en Russie, thème dont il a fait son principal cheval de bataille. L'AFP omet en revanche un aspect moins reluisant de sa biographie : sa proximité avec l'extrême droite. Dans une vidéo qui verse dans l'humour noir et le racisme, Alexeï Navalny expliquait ainsi comment lutter efficacement contre les insectes, les cafards... et les Tchétchènes.

Lire aussi : La Russie condamnée par la CEDH pour des arrestations «arbitraires» d'Alexeï Navalny

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»